Un mois d’attaques violentes des orpailleurs contre les communautés Yanomami sans protection de l’état brésilien ! – « Si les orpailleurs creusent partout, les rivières de la forêt seront pleines de boue, d’huile de moteur et de déchets. Ils lavent leur poudre d’or dans les ruisseaux, la mélangeant avec du mercure – sale et dangereux…»


Un homme Yanomami dans la forêt – photo (détail) : Gullane/Pedro J Marquez

Un conflit a éclaté le 27 avril, lorsqu’un groupe de Yanomami a intercepté des orpailleurs illégaux qui remontaient le Rio Uraricoera dans un hors-bord chargé de carburant pour leurs avions, leurs hélicoptères et les excavatrices industrielles qu’ils utilisent pour déraciner les arbres et déplacer le sol. Les Yanomami ont saisi 990 litres de carburant. Ensuite, un autre groupe de mineurs d’or se dirigeant vers Boa Vista a tiré des coups de feu sur les Yanomami dans le but d’intimider la communauté indigène qui essaie depuis des années d’empêcher les mineurs d’or illégaux de remonter les rivières sur leur territoire.

Le 30 avril, la communauté Yanomami a contacté les autorités gouvernementales pour les alerter sur les épisodes de violence dans la région de Palimiú. La région se compose de 1 129 Yanomami dans 15 villages.

Aucune mesure efficace n’a été prise par les forces de sécurité de l’État.


Site d’extraction d’or illégale en territoire Yanomami

Le village de Palimiú a été attaqué le 10 mai par des orpailleurs venant en bateau sur la rivière Uraricoera. Deux enfants Yanomami se sont noyés alors que les femmes et les enfants de la communauté, paniqués, se précipitaient vers un lieu en sécurité.

Les Yanomami ont de nouveau contacté les autorités pour leur demander une aide urgente pour prévenir la violence et garantir la sécurité à Palimiú.

Le 12 mai a vu une autre confrontation armée à Palimiú entre des chercheurs d’or, des indigènes et, cette fois, des agents de la police fédérale sur lesquels les mineurs ont également tiré.

Les Yanomami ont contacté l’armée pour demander qu’un poste de sécurité d’urgence soit établi dans la région de Palimiú.

Le 13 mai, des dizaines de bateaux transportant des mineurs d’or sont arrivés près de Palimiú et les autorités ont été alertées que des mineurs s’organisaient apparemment pour lancer de nouvelles attaques.

15 bateaux de chercheurs d’or se sont approchés de la communauté de Palimiú le 17 mai. Les Yanomami ont déclaré aux autorités qu’en plus des coups de feu, il y avait beaucoup de fumée et que leurs yeux brûlaient, indiquant l’utilisation de grenades lacrymogènes par les orpailleurs.


mars 2021: Les images satellites indiquaient un total cumulé de 2 430 hectares de forêt dévastée – « Les chercheurs d’or qui attaquent les Yanomami de la communauté Palimiu tuent également les rivières des terres indigènes Yanomami à Roraima »

Le 24 mai, le ministre de la Cour suprême fédérale, Luís Roberto Barroso, a déterminé que le gouvernement fédéral devrait immédiatement prendre « toutes les mesures nécessaires » pour protéger la vie, la santé et la sécurité des populations indigènes des terres ancestrales Yanomami et Munduruku, toutes deux envahies par des mineurs d’or. Selon la décision du ministre, le gouvernement doit envoyer tout le personnel de sécurité nécessaire et rester en place tant que le risque persiste, impliquant la police fédérale, la Force nationale de sécurité publique, la FUNAI, l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA) et, le cas échéant, les Forces armées.

Une autre déclaration Yanomami du 1er juin a détaillé une attaque armée par des chercheurs d’or à la station écologique de Maracá à Roraima. Les envahisseurs utilisent le tronçon de la rivière qui traverse l’Unité de conservation comme voie d’approvisionnement pour les sites d’extraction d’or.

Les dirigeants de la communauté Maikohipi, dans la région de Palimiú, ont alerté que les chercheurs d’or sont arrivés avec quatre bateaux le 5 juin, lançant des bombes à gaz vers la communauté. Au début de l’attaque et avant que les orpailleurs n’entrent dans leur communauté, les Yanomami se sont réfugiés dans le forêt.

Les chercheurs d’or ont tué des chiens de chasse des Yanomami comme un avertissement et une menace.

Une autre lettre officielle datée du 7 juin a relaté une nouvelle attaque contre la communauté Maikohipi dans la région de Palimiú, toujours avec des bombes lacrymogènes.

Le 8 juin, des chercheurs d’or ont attaqué la communauté Walomapi dans la région de Palimiú. Les Yanomami revenaient d’une chasse lorsqu’ils se sont fait tirer dessus par des orpailleurs sur le Rio Uraricoera et ont dû plonger dans l’eau pour échapper à l’attaque.

Enfin, le 14 juin, le gouvernement brésilien a autorisé le déploiement de la Force nationale de sécurité pour protéger les Yanomami et leur territoire pendant 90 jours.

Un groupe de chercheurs d’or cagoulés a attaqué la communauté de Korekorema le 16 juin, tirant des coups de feu sur les maisons de la communauté et forçant les Yanomami à se cacher dans la forêt. Korekorema disposait auparavant d’une base de protection ethno-environnementale (BAPE) qui a été désactivée par le gouvernement fédéral « par manque de fonds ». L’objectif de la base était de protéger les peuples autochtones et d’empêcher les activités illégales telles que l’extraction de l’or et la déforestation. L’année dernière, le Tribunal fédéral a ordonné à la FUNAI de réactiver le site, mais jusqu’à présent, ils n’ont pas répondu…

Le 17 juin, 6 enfants et 2 jeunes de la communauté Tipolei pêchaient dans le Rio Uraricoera lorsqu’un bateau avec 5 chercheurs d’or armés s’est approché et a accéléré, chavirant et coulant leur pirogue.

Les enfants et les jeunes ont traversé la rivière à la nage et se sont enfuis à travers les bois jusqu’à Yakepraopë.


Alerte Yanomami

Pendant une année, entre avril 2020 et mai 2021, les Yanomami ont informé le gouvernement plus d’une douzaine de fois de l’expansion rapide de l’exploitation minière illégale avec environ 20 000 envahisseurs exploitant la région à la recherche d’or.

Ces documents soulignent que la présence des chercheurs d’or menace la sécurité des communautés autochtones, contamine l’environnement et propage le coronavirus ainsi que d’autres maladies.

Les chercheurs d’or envahissent, creusent et menacent en toute impunité à la suite de la promesse électorale du président Bolsonaro d’autoriser l’exploitation minière dans les territoires indigènes et de sa présentation en février 2021 d’un projet de loi visant à accorder des concessions minières qui engloberaient un tiers du territoire indigène du Brésil.

L’extraction d’or et l’utilisation intensive du mercure pour dénicher l’or transforment des pans des écosystèmes les plus riches en biodiversité du monde des neuf pays qui composent la région amazonienne en un paysage lunaire cauchemardesque !

Dans le monde entier, l’extraction illégale d’or est plus lucrative pour les organisations criminelles, les cartels de la drogue, les groupes de guérilla et les mafias que le trafic de drogue. Pour les criminels se faisant passer pour des commerçants de métaux précieux, l’or est le moyen idéal pour blanchir de l’argent illicite provenant d’autres activités illégales, car l’or illégal ressemble exactement à de l’or légal et le produit de sa vente peut être placé à la banque.

La ruée vers l’or actuelle dans la région amazonienne est détaillée dans ce lien –

(Anglais/Portugais) : report 

VEUILLEZ NE PAS ACHETER OU UTILISER DE L’OR!

Jusqu’à 75% de l’or extrait chaque année est utilisé pour des bijoux, des montres et d’autres symboles de statut vains et futiles vendus par les entreprises de l’industrie du luxe ainsi que les détaillants discount du monde entier.

Des dizaines de milliers d’arbres de la forêt tropicale doivent être déracinés, des centaines de tonnes de sol extraites et mélangées à des dizaines de tonnes de polluants environnementaux toxiques qui contaminent les terres indigènes pour cet anneau d’or spécial…

S’il vous plaît, offrez des cadeaux qui ne détruisent pas la nature et la vie des peuples autochtones !

« Si les chercheurs d’or creusent partout comme des cochons sauvages, les rivières de la forêt ne seront bientôt plus que des mares boueuses, remplis d’huile de moteur et de déchets. Ils lavent aussi leur poudre d’or dans les ruisseaux, la mélangeant avec du mercure. Toutes ces choses sales et dangereuses rendent les eaux malades et la chair du poisson molle et pourrie. »

– Le porte-parole et chaman Yanomami Davi Kopenawa qui dénonce l’inaction du gouvernement brésilien face aux violentes incursions d’orpailleurs illégaux lourdement armés

Veuillez écouter ici le message du chaman Yanomami :

ÉCOUTER LE MESSAGE DU CHAMAN YANOMAMI

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

13 Responses to Un mois d’attaques violentes des orpailleurs contre les communautés Yanomami sans protection de l’état brésilien ! – « Si les orpailleurs creusent partout, les rivières de la forêt seront pleines de boue, d’huile de moteur et de déchets. Ils lavent leur poudre d’or dans les ruisseaux, la mélangeant avec du mercure – sale et dangereux…»

  1. Pingback: Un mois d’attaques violentes des orpailleurs contre les communautés Yanomami sans protection de l’état brésilien ! – « Si les orpailleurs creusent partout, les rivières de la forêt seront pleines de boue, d’huile de moteur et de déchets. Il

  2. Pingback: « Ils veulent trouver de l’OR – C’est leur avidité qui a fait mourir la plupart de nos aînés il y a longtemps! Les hommes *blancs qui ont de l’argent en veulent plus. Ils veulent en détruire plus. C’est leur tradition &#

  3. Pingback: « L’argent ne nous protège pas… il ne crée pas notre joie. Pour les *Blancs, c’est différent. » | Barbara Crane Navarro

  4. Ju says:

    Passionant, hésites pas à venir faire un tour sur mon site Intel-blog.fr et à t’abonner si ça te plaît 😀

    Liked by 1 person

  5. Pingback: Un mois d’attaques violentes des orpailleurs contre les communautés Yanomami sans protection de l’état brésilien ! – « Si les orpailleurs creusent partout, les rivières de la forêt seront pleines de boue, d’huile de moteur et de déchets. Il

  6. Pingback: Un mois d’attaques violentes des orpailleurs contre les communautés Yanomami sans protection de l’état brésilien ! – « Si les orpailleurs creusent partout, les rivières de la forêt seront pleines de boue, d’huile de moteur et de déchets. Il

  7. Pingback: « Ils veulent trouver de l’OR – C’est leur avidité qui a fait mourir la plupart de nos aînés il y a longtemps! Les hommes *blancs qui ont de l’argent en veulent plus. Ils veulent en détruire plus. C’est leur tradition &#

  8. Pingback: « Ils veulent trouver de l’OR – C’est leur avidité qui a fait mourir la plupart de nos aînés il y a longtemps! Les hommes *blancs qui ont de l’argent en veulent plus. Ils veulent en détruire plus. C’est leur tradition &#

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s