Que considérez-vous comme «offensant»?

«Les mineurs d’or creusent partout comme des cochons sauvages. Les rivières de la forêt ne seront bientôt plus que des remous fangeux, pleins de boue, d’huile à moteur et de déchets. Ils lavent également leur poudre d’or dans les ruisseaux, la mélangeant avec du mercure. Toutes ces choses sales et dangereuses rendent les eaux malades et la chair du poisson molle et pourrie. Après l’arrivée des chercheurs d’or, la forêt était devenue mauvaise et était remplie de fumées épidémiques de xawara. Depuis l’arrivée des mineurs d’or parmi nous, la plupart de nos pères et grands-pères ont été dévorés par leurs maladies.» – Le porte-parole et chaman Yanomami Davi Kopenawa de Roraima, Brésil, La chute du ciel

Quel est mon point de vue personnel sur «l’obscénité»? J’ai eu des problèmes occasionnels, pendant de nombreuses années, avec des photos de Yanomami vivant traditionnellement dans la forêt tropicale que j’ai publiées sur Facebook. En raison de la censure concernant leurs «normes communautaires». Facebook supprime les photos «offensantes» et j’ai été sanctionné par le blocage de ma capacité à répondre ou à publier pendant un à trois jours…

La photo ci-dessous d’une femme Yanomami peignant sa fille avec Achiote est considérée comme «offensive», j’ai donc caché par la suite des zones de leur anatomie afin de me conformer aux «standards de la communauté» de Facebook.

Femme Yanomami peignant sa fille avec Achiote, Amazonas, Venezuela – re-cadrée pour éviter la censure

Mais Facebook n’est pas le seul à censurer le mode de vie des communautés traditionnelles. Mon film des instants de la vie quotidienne d’une communauté Yanomami dans la forêt amazonienne qui est sur Youtube depuis 2014 est maintenant, depuis 2020, limité aux plus de 18 ans en raison de: «Vidéo soumise à une limite d’âge (basée sur le règlement de la communauté)»

Ce que je trouve personnellement offensant, c’est la photo ci-dessous – la forêt ravagée et empoisonnée par l’extraction de l’or dans les territoires autochtones. La destruction des forêts, la contamination des rivières, des poissons et des hommes par le mercure et le cyanure sont tout à fait obscènes.

Site minier d’or dans la forêt tropicale

Une autre photo que je trouve profondément obscène est la photo d’enfants dans un site minier aurifère, travaillant et pataugeant dans une eau chargée de mercure. La plupart des travailleurs des mines d’or illégales à l’extérieur de l’Arco Minero del Orinoco au Venezuela vivent dans des abris de fortune avec des bâches en plastique et des planches de bois autour des mines d’or. Il y a environ 300 000 mineurs d’or et 45% sont des enfants! Les dommages causés à leur santé par l’intoxication au mercure sont irréversibles.

Jeunes enfants en quête d’or au Venezuela

Une autre photo terriblement obscène a été prise de l’espace révélant ce qui semble être des «rivières d’or» dans la région de Madre de Dios au Pérou, mais montre en fait des rivières contaminées et des dommages causés par l’extraction de l’or à la biosphère de la forêt tropicale. Bien qu’ils ressemblent à des flaques d’or pur; ce sont en fait des fosses de boue toxique provenant de sites d’extraction d’or!

La ruée vers l’or de Madre de Dios détruit d’immenses étendues de forêt dans l’une des régions les plus riches en biodiversité du monde, laissant un paysage lunaire stérile parsemé de cratères remplis d’eau stagnante et de rivières empoisonnées au mercure.

Destruction minière d’or de la région de Madre de Dios au Pérou vue de l’espace – photo: NASA

Les opérations d’extraction de l’or dans le monde utilisent le mercure pour séparer l’or de la boue, déversant les déchets dans les rivières voisines, contaminant la faune, les poissons et les oiseaux, ainsi que les peuples autochtones et les mineurs eux-mêmes, y compris des dizaines de milliers d’enfants qui y travaillent. On estime que 1 200 filles entre 12 et 17 ans se sont prostituées de force aux mineurs dans la seule région de Madre de Dios au Pérou. Telle est ma définition de l’obscénité.

Ce fait est également obscène: Des dizaines de milliers d’arbres de la forêt tropicale doivent être déracinés, des centaines de tonnes de sol extraites et mélangées à des dizaines de tonnes de polluants environnementaux toxiques qui contaminent les terres et les sources d’eau indigènes afin d’en extraire 1 1/2 grammes d’or par tonne de sol pollué pour cette bague en or si spéciale, bijou en or, montre en or ou accessoire en or…

VEUILLEZ NE PAS ACHETER OU PORTER DE L’OR!

ÉCOUTER LE MESSAGE DU CHAMAN YANOMAMI:

https://barbara-navarro.com/2020/11/21/ecouter-le-message-du-chaman-yanomami/

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

4 Responses to Que considérez-vous comme «offensant»?

  1. Pingback: Que considérez-vous comme «offensant»? — Barbara Crane Navarro | Ned Hamson's Second Line View of the News

  2. Pingback: Que considérez-vous comme «offensant»? — Barbara Crane Navarro – Tiny Life

  3. Pingback: Les courtiers vendent TOUJOURS sur Facebook des terres autochtones volées DEUX SEMAINES après que la BBC a dénoncé ce crime! Cependant, Facebook enlève des photos de peuples autochtones traditionnels qui “enfreignent les normes communautaires&#

  4. Pingback: Les courtiers vendent TOUJOURS sur Facebook des terres autochtones volées DEUX SEMAINES après que la BBC a dénoncé ce crime! Cependant, Facebook enlève des photos de peuples autochtones traditionnels qui “enfreignent les normes communautaires&#

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s