Colonialisme du 21e siècle – mis en œuvre par quelques ONG? De qui est la survie en jeu ici, Survival? La survie des forêts tropicales et des peuples autochtones ou de l’industrie des bijoux de luxe en or et en diamants ?

photo: publicité Cartier 
photo site d’extraction d’or – Emiliano Mancuso / National Geographic 

J’ai fait du bénévolat pour Survival France dans les années 90 et au début des années 2000 à des périodes où j’étais rentré en France après avoir vécu chez les Yanomami au Venezuela et au Brésil et j’ai d’abord pensé que Survival faisait ce qu’il fallait. J’ai passé beaucoup de temps à collecter des signatures sur des imprimés de pétitions de Survival pour les droits des peuples autochtones (avant l’ère des pétitions sur Internet) dans différentes parties du monde, y compris des empreintes digitales de Yanomami et des signatures de peuples de la forêt tropicale, analphabète, qui m’ont dit qu’ils “n’avaient pas de signature”. Quand je leur ai dit que s’ils étaient d’accord avec le projet de pétition ils pourraient créer une signature pour eux-mêmes, ils ont réfléchi à l’idée puis l’ont soigneusement signée.

La communauté Curripaco à Guachapana, le long de l’Orénoque, m’a demandé de créer une pétition pour les aider se débarrasser des mineurs d’or de Colombie qui les terrorisaient sur le chemin des sites miniers d’or illégaux sur le Yapacana tepui.

montage photo – Barbara Crane Navarro
Résultat du chaman Yanomami invoquant les esprits Hekura pour empêcher les intrus de détruire la forêt – Dessin sur papier – Wacayowë Yanomami

J’ai passé du temps avec Survival France près de l’ambassade du Brésil à Paris pour manifester contre les gouvernements des présidents du Brésil – à commencer par Fernando Collor de Mello.

J’ai commencé à penser que peut-être informer les consommateurs mondiaux des ravages de l’extraction de l’or, de l’exploitation forestière et de l’élevage sur les biosphères de la forêt tropicale et les territoires autochtones pourrait être une approche plus efficace que d’essayer d’influencer les gouvernements, trop souvent eux-mêmes influencés par les multinationales, pour changer leurs politiques. Boycotter les industries destructrices semblait être une solution plus proactive.

Avec les possibilités offertes par Internet, je me suis concentré sur la collaboration avec SOS Orinoco et d’autres associations vénézuéliennes qui tentent d’arrêter la dévastation du projet minier “Arco Minero del Orinoco”.

J’ai par la suite manifesté avec Survival France contre l’implication de GDF Suez dans le projet de barrage hydroélectrique de Belo Monte, accompagné de plusieurs personnes qui travaillaient chez GDF Suez qui étaient également opposées à la destruction inévitable de la forêt tropicale, des rivières et de la vie des peuples indigènes de la région de Xingu que le barrage représenterait.

Cacique Raoni Metuktire à Paris, tenant la pétition internationale contre le barrage de Belo Monte, qu’il a lancée avec d’autres chefs Kayapo.

Les investisseurs privés impliqués dans le projet comprennent les géants miniers Alcoa et Vale (pour alimenter de nouvelles mines à proximité comme la mine d’or proposée de Belo Sun), les conglomérats de construction Andrade Gutierrez, Votorantim, Grupo OAS, Queiroz Galvão, Odebrecht et Camargo Corrêa, et les sociétés d’énergie GDF Suez (actuellement ENGIE) et Neoenergia.

Les premières turbines ont fonctionné en mai 2016 au barrage de Belo Monte. Le barrage s’est achevé avec l’installation de sa 18e turbine, en novembre 2019.

Depuis avril 2020, la société minière canadienne Belo Sun continue de rechercher de l’or dans les territoires autochtones de l’État brésilien du Pará malgré les poursuites judiciaires intentées contre elle, selon des données exclusives obtenues par Mongabay. Le projet devrait être la plus grande mine à ciel ouvert d’Amérique latine, avec 74 tonnes d’or qui devraient être extraites sur 20 ans d’exploitation.

Canada’s Belo Sun hits legal hurdles in bid to mine indigenous land in Brazil
Un homme Xipaya à la cascade Jericoá, Volta Grande do Xingu – Verena Glass


En 2018, j’ai été contacté sur Twitter par Stephen Corry, qui est le le directeur de Survival International, basé à Londres, depuis 1984. Il m’a demandé de lui donner mon avis sur qui contacter au Venezuela lorsque les Yanomami de l’Alto Orinoco et la région de Parima au Venezuela mourait du paludisme propagé par des mineurs d’or illégaux. Nous avons également eu des échanges sur Twitter et par courrier électronique sur d’autres problèmes touchant les peuples autochtones. Corry m’a suggéré de contacter Fiore Longo, l’actuelle directrice de Survival France, et nous avons échangé des courriels concernant des projets de rencontre. Corry a également demandé que je partage des vidéos de Survival sur les problèmes de la forêt tropicale sur Twitter.

Wikipédia déclare que “Stephen Corry a travaillé en tant que membre de Survival International avec la perspective que les peuples autochtones ont à la fois des droits moraux et juridiques sur leurs terres. La protection de ce droit est considérée comme essentielle pour leur survie. Ils estiment que les gouvernements doivent le reconnaître et que cela n’est possible que s’ils y sont obligés par la force de l’opinion publique. Survival International estime que la culture de ce peuple est d’une grande valeur et qu’elle est désormais exposée à un grand risque d’ingérence violente sur son mode de vie.” Wikipédia déclare également: “Davi Kopenawa est un porte-parole des Indiens Yanomami au Brésil. Il est devenu connu pour son plaidoyer concernant les questions tribales et la conservation de la forêt amazonienne lorsque… Survival International l’a invité à accepter le Right Livelihood Award en son nom en 1989.… Davi Kopenawa s’est entretenu avec les parlements britannique et suédois de l’impact catastrophique sur la santé des Yanomami. conséquence de l’invasion illégale de leurs terres par 40 000 ‘garimpeiros’ ou mineurs d’or. Le prince Charles a publiquement qualifié la situation de ‘génocide’. En sept ans, de 1987 à 1993, un cinquième des Yanomami sont morts du paludisme et d’autres maladies transmises par les mineurs.”

image: sacrifie l’or, pas les forêts

J’ai été déconcerté après avoir proposé à Corry de se joindre à moi pour “diffuser le message ci-dessous parce que j’estime que c’est un problème qui doit être abordé.  De la même manière que les gens sont encouragés à changer leurs habitudes alimentaires pour protéger les forêts, les habitudes de consommation devraient être examinées, surtout si près de la Saint-Valentin, lorsque la surconsommation ostentatoire est endémique. Je n’ai pas adressé dans ce message à Davi Kopenawa un autre aspect douteux de la stratégie marketing de Cartier; sur le site http://cartier.fr à côté de ‘Fondation Cartier‘ il y a la ‘philanthropie Cartier‘: ‘Nos opérations’ avec une longue liste de pays qui inclut le Pérou et la République démocratique du Congo.” J’ai continué avec: “certains de ces pays Cartier prétend aider sont des sites miniers notoires (or, diamants, etc. qui sont également utilisés dans les bijoux Cartier) qui alimentent les guerres et les conflits depuis des décennies.” J’ai ajouté que j’apprécierais que Corry “fasse circuler mon message ou écrire quelque chose à ce sujet (avec ou sans mentionner les entreprises par leur nom) avant l’assaut de la Saint-Valentin et l’exposition d’art ‘La lutte Yanomami’ de la Fondation Cartier. – Voici mon message pour Davi Kopenawa: Lorsque le Cacique Raoni Metuktire était à Paris, il a demandé que les Européens cessent de manger de la viande afin de protéger les peuples du Xingu de la destruction de leur territoire par l’agro-industrie. Vous, représentant les Yanomami, devez demander aux gens en Europe de cesser d’acheter, de vendre et de porter de l’or afin de protéger le territoire des Yanomami. Cartier, la société de montres et de bijoux en or de luxe qui vous invite à venir à Paris pour parler, gagne de l’argent grâce à la sympathie que les Français ressentent pour les Yanomami et utilisant vous et Claudia Andujar comme cadeaux promotionnels pour ‘écologiser’ leur implication dans l’industrie de l’extraction d’’or. L’exposition ‘La lutte Yanomami’ est présentée par l’industrie même qui cause la destruction de vos vies. Cartier exploite plus de 200 magasins dans 125 pays et a été classée en 2018 par Forbes comme la 59e marque la plus riche et la plus précieuse au monde. Il n’existe aucun moyen durable d’extraire de l’or. Les forêts sont détruites pour faire place à l’exploitation minière et les rivières sont contaminées. Le cyanure est utilisé dans l’industrie minière légale de l’or au lieu du mercure utilisé dans l’exploitation minière illégale, mais les résultats toxiques de l’utilisation du cyanure sont les mêmes. L’industrie aurifère légale est un labyrinthe de mineurs, de banquiers, de trafiquants et de boutiques de luxe. Même dans l’extraction d’or industrielle et à grande échelle, il existe des réglementations laxistes, l’accaparement des terres, l’expropriation sanctionnée par les gouvernements et les déchets toxiques. Le crime organisé contrôle le marché illégal de la distribution d’or et l’or extrait illégalement occupe une part importante du marché mondial de l’or. L’une des raisons pour lesquelles l’or illégal est si précieux pour les groupes criminels est que, contrairement à la cocaïne, il existe une version légale qui lui ressemble exactement. Les narco-trafiquants contribuent à la violence dans la région amazonienne. Leurs opérations reposaient autrefois sur le trafic de drogue. Maintenant, ils dépendent également de l’or illégal.  Les réseaux criminels poussent l’or sale à travers les entreprises. Cette chaîne d’approvisionnement illégale s’étend partout dans le monde, de Samsung à Cartier. Cartier représente le fétichisme de la marchandise des bijoux de luxe – des objets fonctionnellement inutiles pour la société humaine. Vous pouvez cliquer sur ce lien: http://cartier.com.br pour voir quels articles en or de luxe ils vendent au Brésil, puis vous pouvez cliquer sur ‘Fondation Cartier‘ au bas de la page pour voir comment ils vous vendent pour donner l’impression qu’ils se soucient de la forêt et des peuples autochtones alors qu’ils continuent à vendre de l’or au monde. ‘Vous devez faire chaque choix comme si la vie de votre Terre Mère en dépendait, comme si votre propre vie en dépendait, comme si la vie de vos enfants en dépendait.’ – John Lundin Merci, Barbara”

L’étonnante réponse non réactive de Corry était la suivante: “Salut Barbara! J’espère que tu vas bien. J’ai pensé que l’une de nos vidéos sur la crise climatique d’un point de vue autochtone sud-américain pourrais t’intéresser.

J’ai répondu: “Curieux silence de ta part, Stephen, à propos de ma question ci-dessus concernant la réponse de Davi. Curieux, également, de voir que toi et Fio excoriez le WWF pour leurs pratiques contraires à l’éthique tandis que Survival soutient et contribue à Cartier et à l’industrie du luxe des gadgets inutiles – tu sais, l’industrie même qui exploite de nombreux peuples autochtones dans le monde entier soutenus par Survival depuis des décennies. Survival aurait dû être à L’EXTÉRIEUR de Cartier en janvier pour protester avec des panneaux tels que ‘Arrêtez le greenwashing de l’or de sang et des diamants de sang !’… La Fondation Cartier présente actuellement l’exposition ‘La lutte Yanomami’ alors que les Yanomami luttent désormais contre l’industrie de l’or qui pille leur territoire! Leur dernière exposition était ‘Nous les arbres’ et je me demande de quels arbres exactement ils faisait référence quand il est nécessaire de déraciner les arbres et d’empoisonner les rivières et le sol afin d’extraire de l’or pour les montres et les bijoux de Cartier? Aucune de leurs babioles en or de luxe n’est en vente à la Fondation, mais Cartier, un marchand d’articles en or de luxe depuis 1847, a créé sa Fondation avec des fonds provenant de la vente d’or.”

Corry a répondu:”Chère Barbara, Merci pour ton mail. Bien sûr, je comprends ton point de vue, mais gardes à l’esprit que le directeur du Cartier Art Center est un ami personnel de longue date de Davi et a été chez les Yanomami (plus d’une fois je pense). Le centre a fait la promotion des Yanomami, d’une manière ou d’une autre, pendant de nombreuses années. Nous avons bien sûr combattu les mineurs d’or dans le territoire de Yanomami pendant des décennies. Je sais personnellement que des zones d’orpaillage à petite échelle, sans utilisation de contaminants, ont été effectuées par des peuples autochtones. Il est donc faux de dire que tout l’or est partout polluant. Raoni pourrait bien demander aux gens de ne pas manger de viande. Cependant, il y a aussi des millions d’autochtones qui dépendent des animaux du troupeau pour leur subsistance. La plupart en vendent aussi. Dans mes propres pérégrinations avec Davi au cours des 30 dernières années, il s’est souvent opposé à l’utilisation de la pierre retirée de la terre comme matériau de construction dans les villes occidentales. Cependant, cela n’a jamais signifié qu’il a refusé d’entrer dans des bâtiments en pierre pour promouvoir la survie de son peuple. Davi a choisi de profiter de ses relations personnelles pour promouvoir sa lutte. Loin de Survival d’essayer de le dissuader de ce choix. Comme je t’ai dit, je comprends ton point de vue, mais je te demanderais d’accepter le nôtre aussi! Nous avons eu l’intention, et avons toujours l’intention, d’apporter tes points à Davi, dans tous les cas. Best wishes. Yours, Stephen” Survival International 50 years fighting for tribes, for nature, for all humanity survivalinternational.org | Facebook | Twitter | Instagram Since 1969 | Offices in Berlin, London, Madrid, Milan, Paris, San Francisco | Supporters in over 100 countries

Choqué, j’ai répondu: “Cher Stephen, Ce n’est pas une question philosophique. Le problème pour Raoni est la dévastation causée au Xingu par l’agro-industrie brésilienne contre laquelle il dénonce sans relâche. Raoni n’est apparu nulle part à l’invitation d’un représentant de JBS S.A. ou Cargill, jamais. J’ai voyagé pendant plusieurs années au Mali, en Côte d’Ivoire et au Bénin et j’ai connu de nombreuses personnes qui dépendent des animaux de troupeau pour leur subsistance, un sujet entièrement différent de l’agro-industrie mondiale. J’ai été végétarienne pendant la majeure partie de ma vie, mais je reconnais que changer les habitudes est compliqué puisque tous les humains ont besoin de manger. Cartier, cependant, a construit sa fortune considérable en vendant des articles qui sont incontestablement inutiles à l’humanité. Leurs babioles ‘de luxe’ contiennent de l’or ainsi que des diamants, des émeraudes, etc. dont aucun n’est extrait par des artisans sans contaminants.  Cartier exploite plus de 200 magasins dans 125 pays et a été classée en 2018 par Forbes comme la 59e marque la plus riche et la plus précieuse au monde. Tu sais mieux que moi, Stephen, les dégâts causés par l’exploitation des diamants dans de nombreux pays africains. Le gouvernement de Trinité-et-Tobago est très préoccupé par le cyanure et le mercure provenant de l’exploitation minière légale et illégale le long de l’Orénoque contaminant leurs prises de pêche à plus de 2000 kilomètres. Ils ont organisé des colloques pour aborder ce problème. Les Yanomami que je connais personnellement dans l’Alto Orinoco du Venezuela souffrent de la rougeole et d’autres maladies causées par des mineurs d’or qui envahissent leur territoire. Leurs forêts sont détruites et leurs rivières polluées. Toi et Davi pouvez être amis avec qui vous voulez, mais en se présentant à Cartier et en leur permettant, soyons honnêtes, de verdir leur image au détriment des Yanomami est ambigu. J’ai hâte de connaître la réponse de Davi aux points que j’ai soulevés. J’apprécie beaucoup ton intervention sur ces questions en mon nom. Meilleures salutations, Barbara”

J’ai ensuite ajouté Fiore Longo de Survival France à l’échange: “Bonjour Stephen et Fio, Je me demandais pourquoi il n’y avait pas de réponse après avoir envoyé à vous deux ‘mon message pour Davi Kopenawa’ par e-mail et sur Twitter.  J’ai maintenant remarqué que vous deux faites la promotion de l’exposition de Cartier ‘La lutte Yanomami’ sur Facebook. Vous rendez-vous compte que les Yanomami, la communauté de Davi Kopenawa en particulier, luttent contre 20 000 mineurs d’or sur leur territoire?  J’ai remarqué au cours des derniers mois que vous excoriez le WWF pour ses pratiques contraires à l’éthique alors que vous faites maintenant la promotion de l’industrie d’extraction d’or, de la joaillerie en or et en diamant qui exploite de nombreux, sinon la plupart, des peuples autochtones que Survival défend depuis des décennies. Cela semble être une contradiction énorme et grotesque de vos principes. Vous savez sûrement que les fondations, en général, sont le plus souvent créées pour éviter de payer leur juste part d’impôts et / ou ‘écologiser’ leur image.”

J’ai ensuite envoyé ceci à Longo: “Chère Fio, Je sais que tu n’étais pas au courant de la dernière correspondance. Étant donné que ce problème te concerne également, j’inclus les e-mails récents entre Stephen et moi. Ma ferveur est alimentée par mon souci pour mes amis Yanomami qui meurent dans le Haut-Orénoque à cause de l’invasion des mineurs d’or sur leur territoire. J’espère qu’il peut y avoir une meilleure façon pour les gens de se décorer dans notre culture que le modèle de luxe actuel qui nécessite l’extraction de l’or et des diamants. Je pense que cette question pourrait être vue de la même manière que nous réexaminons actuellement les dommages causés à la planète par les voyages aériens. Davi, Stephen et toi, vous pourriez aider les Yanomami en influençant votre ami, le directeur du Cartier Art Center, pour changer l’implication de Cartier dans l’industrie de l’or et du diamant de luxe en quelque chose de moins destructeur et plus durable. J’apprécie beaucoup votre intervention sur ces questions avec Davi et Cartier en mon nom et au nom des Yanomami qui sont trop éloignés de la civilisation pour parler pour eux-mêmes. Meilleures salutations, Barbara”

cartes des mines d’or dans le territoire Yanomami: Alto Orinoco – SOS Orinoco / Brésil – CCPY

Pendant ce temps, selon Forbes, au 27 juillet 2020, la valeur de la marque Cartier est de 12,2 milliards de dollars. “Cartier vend des bijoux à la royauté européenne depuis plus d’un siècle. Il existe près de 300 boutiques Cartier dans le monde qui présentent les bijoux et les montres haut de gamme de la marque. La marque est extrêmement rentable pour la société mère Richemont … Cartier a rouvert son magasin phare à New York en 2017 après une rénovation de deux ans et demi. Le manoir Cartier de quatre étages sur la Cinquième Avenue est à la fois un musée et un détaillant. Le magasin phare de Londres a fait peau neuve l’année dernière et a rouvert ses portes en décembre. Un étage privé, La Résidence, est réservé aux meilleurs clients de Cartier et comprend un bar, une cuisine, une salle à manger et un coin salon.

publicité pour le manoir/boutique Cartier à New York

J’ai écrit à Corry: “Il me semble que Survival a été plus investi mutuellement avec Cartier que tu ne le prétendes maintenant. Que tu ne souhaites pas élaborer sur cette question ne me surprend pas. Des représentants de Survival ont prononcé des discours chez Cartier et continuent de faire de la publicité (sous les auspices de Survival) des expositions d’art de greenwashing exploitantes de Cartier. Pourquoi ne prends-tu pas position contre cela? De quel côté es-tu vraiment?”

photo: mine d’or – O Globo

Le site Web de Survival déclare que: “Contrairement à de nombreuses organisations caritatives, nous refusons le financement du gouvernement national et ne prenons pas d’argent à des sociétés qui pourraient violer les droits des peuples tribaux. … Survival est politiquement et financièrement indépendant de toute implication gouvernementale, politique, religieuse ou corporative. Parce que compter sur votre générosité nous donne une totale indépendance. Il préserve notre intégrité, nous garantissant de ne jamais ajuster notre message ou travailler en fonction des donateurs. Sous ‘Services financiers – D’où vient notre argent’ est répertorié: A: Dons de supporters et fondations (67%) B: Collecte de fonds et ventes de notre boutique (11,8%) C: legs (18,2%) D: Investissements (3%)

Je me demande quelles “fondations” donnent de l’argent à Survival? Si les fondations donnent de l’argent à Survival, comment est-il possible d’être indépendant de l’implication des entreprises?

Fiore Longo sur Twitter déclare: “S’il y a quelque chose que j’ai appris en passant des années et des années avec les communautés tribales #Indigènes dans leurs forêts, c’est que ce que nous appelons la nature – ce que nous appelons la Terre – ils appellent chez eux.

Fio, tu as bien lu les réponses évasives de Corry à mes e-mails, mais tu n’avais rien d’autre à ajouter ou à modifier? Tous deux si volubiles pour dénoncer d’autres ONG, mais rien à ajouter à “l’orpaillage à petite échelle, sans utilisation de contaminants”? Toutes ces “années et années avec les communautés tribales indigènes” et “pérégrinations avec Davi au cours des 30 dernières années” mais vous deux n’avez jamais remarqué les dommages environnementaux sur un site minier d’extraction d’or, les diamants, les émeraudes et les saphirs colportés par Cartier et d’autres dans l’industrie de luxe?  Aucun de vous deux n’a jamais rencontré d’enfants autochtones avec des problèmes neurologiques irréversibles causés par l’ingestion de poisson contaminé au mercure comme les enfants Hoti sur le rio Ventuari au Venezuela ou les enfants Wayana du Haut-Maroni et du Haut-Oyapock en Guyane française? Et qu’en est-il de l’Afrique, où le nombre d’enfants travaillant dans les mines d’or en Tanzanie, au Ghana, en République démocratique du Congo et dans d’autres pays reste une préoccupation majeure? En République centrafricaine, des enfants d’onze ans travaillent aux côtés d’adultes dans le commerce des diamants du sang. En Asie, des enfants d’à peine cinq ans travaillent dans les mines et les carrières. L’intoxication au mercure, les maladies du foie et les affections respiratoires ne sont que quelques-uns des dangers auxquels ils sont confrontés …

Selon une étude rapportée par Info Amazonia, 838 tonnes de mercure ont été émises par l’extraction artisanale et à petite échelle de l’or dans les régions amazoniennes (2015 – dernières données disponibles du PNUE).

http://mercury.infoamazonia.org https://pic.twitter.com/uF1hQx6upT

“Le mercure, le métal toxique dans l’ombre de l’industrie aurifère, représente une entreprise de plusieurs millions de dollars. La production de 19,1 tonnes d’or, selon les registres officiels, nécessite l’utilisation d’environ 29 tonnes de mercure.” Ces chiffres représentent un ethnocide et un ecocide aux proportions épiques …

Mais, qui a besoin de la Nature dans un monde où Cartierréinvente la nature, plus naturelle que la nature elle-même“? – vu par cette envoûtante publicité Cartier: “Plus naturel que la nature elle-même: la nouvelle collection de haute joaillerie C’est la nature qui donne le ton de [Sur]naturel, la nouvelle collection Haute Joaillerie Cartier. Il ouvre la voie à la beauté plus réelle que la nature elle-même, enracinée dans la réalité et transformée dans le domaine du surnaturel. Diamants, émeraudes et saphirs se mêlent à l’opale et à la kunzite, au corail et à l’aigue-marine, au béryl et au quartz. L’eau, la flore et la faune insufflent la vie dans un univers ultra-précieux qui existe aux frontières de la fantaisie et de la réalité. Dépassant la réalité, Cartier ouvre la voie à la nature réinventée avec la nouvelle collection Haute Joaillerie: [Sur]naturel.

AA 9 photo publicitaire: « Dépassant la réalité, Cartier ouvre la voie à la nature réinventée avec la nouvelle collection Haute Joaillerie: [Sur] naturel. »

Dario Kopenawa, le fils de David, plaide avec le peuple indien dans une vidéo: “L’or qui vient de notre territoire Yanomami est de l’or du sang, de l’or aux dépens du sang indigène. Je voudrais envoyer un message au peuple indien, au gouvernement indien et aux entreprises qui l’importent: vous devez arrêter d’acheter de l’or du sang. Acheter Blood Gold n’est pas bon. Il est important que le gouvernement réfléchisse à nouveau, que les Indiens réfléchissent à nouveau et n’achètent pas de Yanomami Blood Gold”.

Cartier voudrait peut-être expliquer à Davi et Dario Kopenawa pourquoi ils ont des magasins Cartier en Inde qui vendent leurs bibelots de luxe en or et en diamants?

Photo: un magasin Cartier en Inde: Boutique Cartier New Delhi – Nelson Mandela Rd, Vasant Kunj, New Delhi, Inde

L’évaluation par Human Rights Watch des pratiques commerciales de Cartier se trouve dans un article de professionaljeweler.com: “Cartier appartient à Richemont, un groupe de produits de luxe basé en Suisse et représente environ 45% du chiffre d’affaires de Richemont. Chaîne de possession: Cartier a une chaîne de possession pour certains, mais pas tous, de son or. Il n’indique pas s’il a une chaîne de traçabilité pour les diamants … La politique de responsabilité d’entreprise de Cartier ne mentionne pas la traçabilité … La maison mère de Cartier, Richemont, affirme que la traçabilité est un objectif à long terme et un axe d’amélioration pour tous leurs entreprises dans les années à venir. Selon le code de conduite des fournisseurs de Richemont, les fournisseurs sont tenus de démontrer qu’ils font preuve de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme, mais il n’est pas clair si Cartier applique cette disposition. Cartier n’a pas répondu à la demande de réunion de Human Rights Watch.”

Corry a posté sur Twitter le 12 août: “Vous voulez sauver l’Amazonie? Assurez-vous autant que possible de rester avec #TribalPeoples qui a créé l’écosystème en premier lieu. Pourtant, les grandes ONG de conservation appellent cela “nature sauvage” et souvenez-vous @WWF a déclaré que #IndigenousPeoples le réduirait #FightEcofascism “

Bien sûr, Stephen… Mais ce n’est ni un écosystème ni une région sauvage après que les orpailleurs ont détruit la forêt et vendu l’or qu’ils ont déterré. Après que ce que Davi Kopenawa appelle “l’or cannibale” a été transformé en marchandise, tout ce qui reste pour les #PeoplesTribales est la destruction et la mort par empoisonnement au mercure, par la rougeole, le paludisme et le COVID-19 propagés par les mineurs d’or.

Et @WWF n’est pas la seule ONG que Corry affirme être contraire à l’éthique.

Il y a aussi ce morceau sur Twitter de Corry ici: “ Ah oui, @nature_org (The Nature Conservancy) s’associe à @Walmart C’est cette entreprise hautement éthique qui ne semble pas très bien traiter les gens – c’est le moins qu’on puisse dire. Jettes-le un coup d’oeil  et #FightEcofascism Les Grandes ONG de «conservation» = scandale.

et encore Corry: “Le FSC ‘enquête’ sur son propre producteur d’huile de palme ‘certifié’. Je peux le terminer en 1 min: @FSC_IC dira: ‘Ce n’était pas aussi grave qu’on le prétendait, ce n’est pas de notre faute de toute façon, il y a eu des erreurs, nous promettons de faire mieux.‘ “

Le responsable du Centre d’art Cartier, directeur général de la Fondation Cartier, Hervé Chandès, détaille dans une interview avec Caroline Lebrun https://www.paris-art.com/herve-chandes-fondation-cartier/ à quel point la fondation Cartier est supervisé par la maison de montres et de bijoux de luxe en or Cartier. Chandès déclare que “La Fondation Cartier est privée, entièrement financée par Cartier pour ses communications.

Une photo prise par Chandès dans la communauté de Davi Kopenawa figure à la page 27 du catalogue 2003 de la Fondation Cartier “Yanomami, l’esprit de la forêt”, la première exposition d’art dans laquelle Cartier a exploité les Yanomami pour verdir leur image d’or sale.

photo: Fondation Cartier “Yanomami, l’esprit de la forêt” / Hervé Chandès 

Je me demandais à l’époque si la carte que tenaient les Yanomami indiquait les emplacements des centaines de boutiques de montres, de bijoux et d’accessoires en or de luxe de Cartier à travers le monde…?

Avant même que Covid-19, propagé par des mineurs d’or, ne commence à décimer les communautés Yanomami, Davi Kopenawa a invité les journalistes du Guardian à faire un reportage sur les dégâts des mines d’or dans le territoire des Yanomami au Brésil “L’ère de l’extinction – ‘Comme une bombe qui explose’: pourquoi la plus grande réserve du Brésil est menacée de destruction”

https://www.theguardian.com/environment/2020/jan/13/like-a-bomb-going-off-why-brazils-largest-reserve-is-facing-destruction-aoe
photo: Orpaillage à Tatuzão – João Laet / The Guardian

En 2018, le Miami Herald a mené une enquête approfondie sur l’industrie internationale de la drogue, intitulée “Comment les barons de la drogue font-ils des milliards en passant de l’or à Miami pour vos bijoux et vos téléphones” En savoir plus ici:

https://www.miamiherald.com/news/local/community/miami-dade/article194187699.html#storylink=cpy
Photo: Or Sale Argent Propre- Illustration Miami Herald

“Une grande partie de l’or commercialisé dans le monde est tachée de sang et de violations des droits humains’, a déclaré Julián Bernardo González, vice-président du développement durable chez Continental Gold, une société minière canadienne exerçant des activités en Colombie qui détient des titres légaux et paie des impôts, contrairement à de nombreuses petites exploitations minières.

Une grande différence entre la cocaïne et l’or? La cocaïne est évidemment illégale. Avec l’or, c’est difficile à dire. Les papiers peuvent être contrefaits. Le métal peut être fondu et refondu jusqu’à ce que son origine soit impossible à localiser.

Voici comment l’or s’intègre: des associés de cartels de la drogue se faisant passer pour des négociants en métaux précieux achètent et extraient de l’or en Amérique latine. Les profits de la cocaïne sont leur capital de départ. Ils vendent le métal par l’intermédiaire de sociétés écrans – cachant sa souillure criminelle – aux raffineries des États-Unis et d’autres grands pays acheteurs d’or comme la Suisse et les Émirats arabes unis.

Une fois l’accord conclu, les piliers de la cocaïne ont réussi à transformer leur or sale en argent propre. Pour le monde extérieur, ils ne sont plus des trafiquants de drogue; ce sont des négociants en or. C’est du blanchiment d’argent.

Les régions minières de la forêt tropicale sont devenues des épicentres de la traite des êtres humains, des maladies et de la destruction de l’environnement, selon des responsables gouvernementaux et des enquêteurs des droits humains. Les mineurs sont contraints à l’esclavage. Les prostituées installent des camps près des mineurs, alimentant la propagation des infections sexuellement transmissibles. Un groupe de défense des droits humains a constaté que 2 000 travailleuses du sexe, dont 60% d’enfants, étaient employées dans une seule zone minière au Pérou.

Pendant ce temps, l’exploitation minière à ciel ouvert et l’utilisation sans discernement du mercure pour dénicher l’or transforment des pans des écosystèmes les plus riches en biodiversité du monde en un paysage lunaire cauchemardesque. En 2016, le Pérou a déclaré l’état d’urgence temporaire suite à un empoisonnement au mercure généralisé à Madre de Dios, une province de la jungle en proie à l’exploitation minière illégale. Près de quatre adultes sur cinq dans la capitale de la région ont été testés positifs pour des niveaux dangereux de mercure.”

photo: mineur d’or mélangeant du mercure avec les boues / Netflix

Quiconque envisage d’acheter ou de porter de l’or devrait voir “Dirty Money” – la série d’anthologies documentaires de Netflix, dans l’épisode intitulé “Dirty Gold”  ” … qui vit avec la menace quotidienne d’exécution par le … Un employé de la raffinerie – fier que Cartier ait été un client … »

Photo: capture d’écran de Dirty Gold / Netflix

Jusqu’à 75% de l’or extrait chaque année est utilisé pour les bijoux, les montres et autres symboles de statut vains et futiles vendus par Cartier et d’autres sociétés de l’industrie du luxe dans le monde entier.

Des dizaines de milliers d’arbres de la forêt tropicale doivent être déracinés, des centaines de tonnes de sol extraites et mélangées à des dizaines de tonnes de polluants environnementaux toxiques qui contaminent les terres indigènes pour cet anneau d’or si spécial …

Photos: captures d’écran de Dirty Gold / Netflix

Comme un orateur chez Cartier lors de l’inauguration de “La lutte Yanomami” a déclaré: “C’est l’épisode ultime de la conquête des Amériques. L’accumulation d’or a permis à l’Europe de se développer. Nous devons nous mobiliser pour éviter la disparition des peuples autochtones.” – et la disparition des forêts indispensables à la vie!

Sur Twitter Cartier continue “d’aider” les Yanomami: @Fond_Cartier – La Fondation Cartier, propriété de l’industrie des montres et bijoux de luxe en or, annonce: “Les Yanomami ont lancé la campagne #ForaGarimpoForaCovid (#orpailleurs dehors – #Covid dehors) pour exiger le retrait de 20 000 mineurs d’or illégaux de leurs terres. #MinersOutCovidOut” Communiqué de presse> https://bit.ly/PR_Hutukara

D’énormes quantités d’or circulent dans le monde chaque année. Derrière cette appétence insatiable se cache une sombre vérité sur le blanchiment d’argent, l’exploitation minière illégale, les dommages environnementaux et la misère humaine.

Le pape François a condamné les horreurs de l’exploitation aurifère lors d’une visite en Amazonie. Le boom aurifère de la région, a déclaré le pape, est devenu un “faux dieu qui exige le sacrifice humain” – en écho de ” l’or cannibale” de Davi Kopenawa.

photo: Les chamans Yanomami luttent contre xawara – la fumée d’épidémies – installation-techniques mixtes – Barbara Crane Navarro
photo: La vellée funèbre des Yanomami ? – installation (détail) – Barbara Crane Navarro

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

3 Responses to Colonialisme du 21e siècle – mis en œuvre par quelques ONG? De qui est la survie en jeu ici, Survival? La survie des forêts tropicales et des peuples autochtones ou de l’industrie des bijoux de luxe en or et en diamants ?

  1. Pingback: Colonialisme du 21e siècle – mis en œuvre par quelques ONG? De qui est la survie en jeu ici, Survival? La survie des forêts tropicales et des peuples autochtones ou de l’industrie des bijoux de luxe en or et en diamants? — Barbara Crane Navarro &

  2. Reblogged this on Barbara Crane Navarro and commented:

    D’énormes quantités d’or circulent dans le monde chaque année. Derrière cette appétence insatiable se cache une sombre vérité sur le blanchiment d’argent, l’exploitation minière illégale, les dommages environnementaux et la misère humaine.
    Le pape François a condamné les horreurs de l’exploitation aurifère lors d’une visite en Amazonie. Le boom aurifère de la région, a déclaré le pape, est devenu un «faux dieu qui exige le sacrifice humain» – en écho de « l’or cannibale » de Davi Kopenawa…

    Like

  3. Pingback: Yanomami tenant les restes de leurs morts après que leur famille ait été massacrée par des mineurs d’or à Haximu – NON à la destruction des terres indigènes par l’Arc Minier de l’Orénoque de Maduro au Venezuela !!! | Barbar

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s