l’art subversionné: Pas de Cartier !

La Fondation Cartier présente l’exposition “La lutte des Yanomami” tandis que les Yanomami luttent actuellement contre l’industrie de l’or qui détruit leur territoire! 

Plutôt que de prononcé des discours à l’intérieur pendant le vernissage le 30 Janvier 2019, les représentants de Survival et je cite: “Nous luttons pour la survie des peuples autochtones. Nous empêchons les bûcherons, les chercheurs d’or et les compagnies pétrolières de détruire la terre, la vie et l’avenir des peuples autochtones à travers le monde” aurait dû être à l’extérieur de la Fondation Cartier pour protester avec des pancartes telles que “Arrêtez l’éco-blanchiment d’or et de diamants de sang !” et “Pas de Cartier !”…

Leur dernière exposition était “Nous les Arbres” et je me demande de quels arbres exactement ils faisait référence quand il est nécessaire de déraciner les arbres et d’empoisonner les rivières et le sol afin d’extraire de l’or pour les montres et bijoux Cartier. 

Aucune de leurs babioles en or de luxe n’est en vente à la fondation, mais Cartier, marchand d’articles d’or de luxe depuis 1847 avec un chiffre d’affaires de 401574600.00 € au 31 mars 2018, a créé sa fondation avec des fonds provenant de la vente d’or et de diamants.

Alain-Dominique Perrin est un homme d’affaires français qui a rejoint Cartier en 1969 en tant qu’attaché commercial pour développer les ventes. Il a été président de la société Cartier de 1975 à 1998 et fondateur, en 1984, de la Fondation Cartier pour l’art contemporain. Au début des années 1980, avec l’arrivée du gouvernement de gauche, Perrin réfléchit à la meilleure manière d’enregistrer sa marque dans cette nouvelle société civile. Il a identifié le “mécénat d’art” comme le meilleur levier pour l’industrie du luxe. En 1984, il fonde la Fondation Cartier pour l’art contemporain, une initiative de mécénat d’entreprise totalement innovante. En 1986, le ministre de la Culture l’a nommé chef de projet pour le mécénat d’entreprise. La loi sur le parrainage des entreprises qui a suivi a été adoptée en juillet 1987.

En 1994, la fondation a aménagé à son emplacement actuel dans un bâtiment en verre conçu par l’architecte Jean Nouvel entouré d’un jardin boisé moderne. En 2011, Perrin, a demandé à Jean Nouvel d’élaborer les plans préliminaires d’une nouvelle base sur l’Île Seguin. En 2014, la fondation a abandonné les plans de re-localisation sur l’île et a plutôt chargé Nouvel de travailler à l’agrandissement de ses locaux actuels.

Perrin est devenu, en 1999, vice-président du groupe Richemont, holding suisse spécialisée dans le luxe (dont font partie Cartier, Van Cleef & Arpels et Piaget).

Richemont est aujourd’hui le deuxième groupe de luxe en termes de chiffre d’affaires, derrière LVMH. La marque de luxe française Cartier est le fleuron du groupe Richemont, représentant la moitié de son chiffre d’affaires total et les deux tiers de ses résultats comptables. La Richemont Financial Company est un groupe spécialisé dans l’industrie du luxe, fondé en 1988 par le milliardaire sud-africain Johann Rupert lorsque la famille Rupert a séparé ses avoirs étrangers de ses avoirs sud-africains afin d’éviter les sanctions internationales visant le régime d’apartheid. Le groupe est lancé avec des actions dans Cartier Monde SA et Rothmans International. Dans les années 1990, les activités du groupe se répartissent en deux domaines: Rothmans International pour le tabac et Vendôme Luxury Group pour la mode et le luxe. En 2008, Richemont a pris un virage stratégique et a choisi de se concentrer uniquement sur le luxe.

Perrin a pris sa retraite en décembre 2003 mais est resté administrateur de la SCI Financière Richemont et a continué à conseiller le groupe.

Ce qui suit est tiré du rapport de Richemont sur la responsabilité sociale des entreprises 2019: “Il montre comment nous respectons nos engagements et décrit comment nous gérons nos impacts sociaux, éthiques et environnementaux. En tant qu’entreprise de produits de luxe responsable, nous cherchons à améliorer la vie à tous les niveaux de la chaîne de valeur du luxe. Parmi les faits saillants de l’année, citons l’élaboration de notre stratégie de RSE transformationnelle, une révision actualisée de l’importance relative et des développements importants au sein du Responsible Jewellery Council. De plus, nos Maisons ont collaboré avec le WWF dans son examen des principales sociétés horlogères et joaillières suisses.”

Il est clairement vital pour Survival, ainsi que pour le WWF, de dénoncer l’industrie de l’or de luxe, l’or de sang sale, qui détruit les forêts et les vies indigènes, au lieu de collaborer avec eux…

Pour paraphraser Davi Kopenawa: “L’industrie de la joaillerie de luxe est un piège pour le peuple Yanomami. Cartier utilise leur ‘amitié’ pour nous tromper et nous manipuler. Ce qu’ils veulent, c’est extraire notre richesse pour l’envoyer à d’autres pays. La richesse de notre terre Yanomami, ils vont la prendre et l’envoyer en Chine, au Japon, en Allemagne et ailleurs. C’est leur façon de penser. C’est leur préoccupation, gagner de l’argent, gagner de l’argent pour devenir riche.”

Il y avait un article dans Télérama au début de l’exposition de Cartier “La Lutte Yanomami” avec une photo d’un homme Yanomami sur la couverture. L’article ne tenait pas compte du fait que la Fondation Cartier “soutient” un peuple, les Yanomami, victime d’une activité, l’extraction d’or, qui enrichit précisément la société de bijoux de luxe Cartier!

Cela faisait penser à 2011, quand la compagnie pétrolière française Perenco, a parrainé l’expo “Mayas : de l’aube au crépuscule” au musée du quai Branly. Bien sûr, les Mayas n’étaient traité que dans la période classique jusqu’au 10è siècle environ.

D’où la question qu’on avait posé sur place à l’entrée du musée mais aussi dans les médias : “Un Maya mort est-il plus intéressant qu’un Maya vivant?”

Perenco est même allée jusqu’à financer un “Bataillon vert” formé de militaires guatémaltèques, soit-disant pour protéger l’environnement. En réalité, ce bataillon harcelait et chassait les paysans mayas vivant dans les zones où Perenco implantait ses puits de pétrole. Gregory Lassalle, a réalisé un film documentaire sur le sujet (” Des dérives de l’art aux dérivés du pétrole” (2011) et avant, “Le business de l’or au Guatemala” (2007).

I y a les liens ci-dessous, dont le 1er par Télérama. Les médias étaient définitivement plus critiques à l’époque envers le modèle industriel dominant…

https://www.telerama.fr/scenes/un-mecene-conteste-a-l-expo-maya-du-quai-branly,70441.php

Un mécène contesté à l’expo “Maya” du Quai Branly – Arts et scènes – Télérama.fr L’exposition « Maya, de l’aube au crépuscule, collections nationales du Guatemala » au musée du Quai Branly vient à peine d’ouvrir ses portes qu’elle se trouve déjà au cœur d’une … http://www.telerama.fr

https://www.nouvelobs.com/monde/20110621.OBS5582/guatemala-expo-maya-au-quai-branly-un-mecene-encombrant.html

pastedGraphic.pngGUATEMALA. Expo Maya au Quai Branly : un mécène encombrant Plusieurs associations françaises et guatémaltèques ont choisi la journée du 20 juin pour dénoncer en France les agissements de la société pétrolière franco-britannique Perenco au Guatemala, à la veille de l’ouverture de l’exposition Maya au musée du Quai Branly.Le pétrolier, qui prend soin de son image en assurant le mécénat de cette exposition, est accusé par ces associations … http://www.nouvelobs.com

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

4 Responses to l’art subversionné: Pas de Cartier !

  1. czls says:

    Il est difficile de comprendre pourquoi Davi Kopenawa, porte-parole des Yanomami, qui a décrit l’or comme de “l’or cannibale”, collaborerait avec Cartier, une entreprise de bijoux en or de luxe qui ne pourrait pas représenter plus absolument ceux qu’il considère comme le “peuple des marchandises” ou pourquoi Fiore Longo de Survival France critiquerait le WWF (sur Twitter le 4 février) “Alors pourquoi vous associez-vous à des bûcherons et détruisez-vous les terres et les vies des peuples indigènes?” tout en participant à l’ouverture de “La lutte Yanomami” à la Fondation Cartier, en partenariat avec l’industrie de l’or qui détruit les terres et les vies des peuples indigènes!

    Liked by 3 people

  2. Le bâtiment “conception d’art”de la fondation Cartier, construit par et pour l’industrie de la joaillerie en or de luxe, donne une forme visible au proverbe “tout ce qui brille n’est pas de l’or”. Tout ce qui est brillant et superficiellement attrayant n’a pas de valeur. Ce qui est vraiment précieux, ce sont les vies des Yanomami et des autres peuples autochtones dont les territoires et l’existence sont dégradés et menacés par l’industrie de l’or.

    Liked by 3 people

  3. L’existence même de Cartier dépend de son implication dans l’industrie douteuse de l’extraction d’or et de diamants. Cartier a évidemment créé leur «fondation d’art contemporain» pour verdir leur réputation
    sale et souillée. Cartier est absolument répréhensible, se cachant derrière une façade de “préoccupation” assumée par le peuple Yanomami tout en détruisant ses terres et en arrachant son avenir pour gagner de l’argent.

    Liked by 2 people

  4. Reblogged this on Barbara Crane Navarro and commented:

    Les articles publiés lors de l’exposition de la Fondation Cartier “La Lutte Yanomami” n’ont pas tenu compte du fait que la Fondation Cartier “soutient” un peuple, les Yanomami, victime d’une activité, l’extraction d’or de sang sale, qui enrichit précisément l’entreprise Cartier de bijoux de luxe!

    Liked by 1 person

Leave a Reply to alessandrascarpulla Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s