L’UNESCO blanchit en vert la marque de luxe LVMH ? – “Réserves de biosphère : Mobilisation contre la déforestation en Amazonie. L’UNESCO s’est associée à LVMH, le groupe de produits de luxe, pour lutter contre les moteurs directs et indirects de la déforestation dans la région amazonienne. » ???

Le joaillier de luxe Tiffany appartient à LVMH

Selon l’UNESCO : L’UNESCO s’est associée à LVMH, le groupe de produits de luxe, pour lutter contre les moteurs directs et indirects de la déforestation dans la région amazonienne.
Basé sur des approches participatives qui combinent les connaissances scientifiques, locales et autochtones, le programme sera suivi par des équipes dans huit réserves de biosphère – en Bolivie (Pilón-Lajas et Beni) ; Brésil (Amazonie centrale) ; Équateur (Yasuní, Sumaco et Podocarpus-El Condor); et le Pérou (Manu et Oxapampa-Ashaninka-Yanesha).
L’objectif de l’initiative est de favoriser la réhabilitation des terres dégradées, tout en assurant des emplois durables aux populations locales. Dans la réserve de biosphère de Beni, par exemple, le programme prévoit de construire une serre et de fournir aux familles de quatre communautés des semences de haute qualité d’espèces de bois indigènes (acajou) et d’espèces forestières locales (bananier, café, cacao et agrumes). Ceux-ci seront utilisés pour créer des parcelles sous systèmes agroforestiers, dans des terres en jachère traditionnellement utilisées pour l’agriculture.”


Photomontage : POD

Tiffany et d’autres acteurs de l’industrie de l’or, du luxe et du discount, représentent le fétichisme de la joaillerie – des articles fonctionnellement inutiles à la société humaine.


?

Du point de vue de la biosphère et des peuples autochtones, tout l’or est de l’« or sale ». L’extraction de l’or commence par la déforestation. L’extraction légale de l’or utilise du cyanure toxique et l’extraction illégale de l’or utilise du mercure toxique, mais les deux méthodes contaminent l’eau, le sol, la faune et les peuples Indigènes de la région.

Le crime organisé contrôle le marché de la distribution illégale d’or et l’or extrait illégalement occupe une part importante du marché mondial de l’or. Dans le cas de l’Amérique latine, les experts estiment qu’un tiers à la moitié de l’or exporté de la région est extrait illégalement.
Les narco-trafiquants contribuent à la violence dans la région amazonienne. Leurs opérations reposaient sur le trafic de drogue. Maintenant, ils dépendent aussi de l’or illégal. L’une des raisons pour lesquelles l’or illégal est si précieux pour les groupes criminels est que, contrairement à la cocaïne, il existe une version légale qui lui ressemble exactement.


Site d’extraction illégale d’or sur des terres Indigènes en Amazonie

S’ils dévastent l’Amazonie à la recherche d’or, il existe un marché d’acheteurs. Qui achète cet or ? Les grandes marques et marques du monde de la mode ?”
Qui achète alors cet or comme bibelots ?
Assurez-vous que ce n’est pas vous !

S’il vous plait BOYCOTTEZ L’OR
Veuillez boycotter TOUS les produits issus de la déforestation ; or, huile de palme, pierres précieuses, bois exotiques, soja, boeuf, cuir, etc. !!!

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to L’UNESCO blanchit en vert la marque de luxe LVMH ? – “Réserves de biosphère : Mobilisation contre la déforestation en Amazonie. L’UNESCO s’est associée à LVMH, le groupe de produits de luxe, pour lutter contre les moteurs directs et indirects de la déforestation dans la région amazonienne. » ???

  1. Pingback: L’UNESCO blanchit en vert la marque de luxe LVMH ? – “Réserves de biosphère : Mobilisation contre la déforestation en Amazonie. L’UNESCO s’est … | Ned Hamson's Second Line View of the News

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s