« L’attaque contre les peuples de la Terre Indigène Yanomami a déjà eu lieu dans les années 1980, avec l’invasion de plus de 40 000 chercheurs d’or. Aujourd’hui, en 2022, l’histoire se répète. » 

« La réalité que nous vivons et ses conséquences en sont une de violence et de vulnérabilité. Mon peuple souffre. Nous demandons le soutien de la population mondiale pour se joindre à notre appel à l’aide pour le retrait immédiat d’orpailleurs de notre territoire ! »

  • porte-parole Yanomami Dario Kopenawa.

Site d’extraction d’or illégal avec une piste d’atterrissage

La tragédie pour les Yanomami a commencé il y a plusieurs décennies lorsque des mineurs d’or illégaux ont envahi leur territoire, protégé en théorie par la constitution brésilienne, mais pas en fait.

Les chercheurs d’or déracinent des arbres dans la forêt tropicale afin de creuser le sol et le sable dans les lits des rivières à l’aide de machines lourdes. Ensuite, ils utilisent des tuyaux puissants et des pompes diesel pour briser les sédiments afin de rechercher de l’or, laissant des cratères remplis d’eau stagnante et contaminée par le mercure à travers la forêt dégradée.


Les chercheurs d’or détruisant les terres autochtones – photo O Globo

Le bruit assourdissant des machines fait fuir le gibier que les Yanomami chassent traditionnellement pour nourrir la communauté. Le mercure que les prospecteurs utilisent pour amalgamer l’or en pépites contamine le sol et l’eau. La pêche pour la communauté n’est plus possible car les poissons sont empoisonnés par le mercure. Il n’y a plus d’eau non polluée dans les ruisseaux et les rivières pour boire, cuisiner ou se baigner.

Six kilos de mercure sont déversés dans les cours d’eau de la forêt pour chaque kilo d’or extrait. Le gouvernement Bolsonaro encourage l’orpaillage et d’autres industries extractives sur les terres autochtones et propose d’adopter une législation pour la légaliser. Le prix de l’or monte en flèche et les criminels organisés financent les opérations d’extraction de l’or ; fourniture de machines, de dragues, d’hélicoptères et d’avions. Ces agressions mortelles ont entraîné une malnutrition endémique dans les communautés Yanomami.


Jeune fille Yanomami

Les orpailleurs propagent également des maladies, dont le covid-19 et le paludisme. Les cas de paludisme explosent parmi les communautés autochtones, les laissant malades et léthargiques. 

Cette invasion aurifère du territoire Yanomami prive les communautés de leurs moyens traditionnels de subsistance et les rend vulnérables.

Les mineurs d’or s’attaquent maintenant aux adolescentes et aux enfants en les exploitant et les abusant sexuellement. Certaines filles Yanomami sont enceintes et plusieurs sont mortes des suites de mauvais traitements.


Site d’extraction de l’or près de la maison communal Yanomami

«Les chercheurs d’or détruisent nos rivières, notre forêt et nos enfants. Notre air n’est plus pur, notre gibier disparaît et notre peuple pleure et réclame de l’eau propre. Nous voulons vivre en paix. Nous voulons récupérer notre Territoire Yanomami.»

  • Porte-parole Yanomami Júnior Hekurari Yanomami

S’il vous plait, aidez les Yanomami, vous aussi !

Veuillez boycotter l’or et tous les produits de la déforestation !

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to « L’attaque contre les peuples de la Terre Indigène Yanomami a déjà eu lieu dans les années 1980, avec l’invasion de plus de 40 000 chercheurs d’or. Aujourd’hui, en 2022, l’histoire se répète. » 

  1. Pingback: « L’attaque contre les peuples de la Terre Indigène Yanomami a déjà eu lieu dans les années 1980, avec l’invasion de plus de 40 000 chercheurs d’or. Aujourd’hui, en 2022, l’histoire se répète. »  — Barbara Crane Navarro | Ned Hamson

  2. Pingback: « L’attaque contre les peuples de la Terre Indigène Yanomami a déjà eu lieu dans les années 1980, avec l’invasion de plus de 40 000 chercheurs d’or. Aujourd’hui, en 2022, l’histoire se répète. »  — Barbara Crane Navarro – Tiny

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s