Déforestation et dévastation des terres indigènes en Amazonie – Voici ce que nous pouvons faire pour aider où que nous soyons dans le monde !


Photo : chef Raoni Metuktire

« Pendant de nombreuses années, nous, les dirigeants et les peuples autochtones d’Amazonie, vous avons mis en garde, vous, nos frères, qui avez causé tant de dégâts à nos forêts.
Ce que vous faites changera le monde entier et détruira notre maison – et cela détruira aussi votre maison.

Le président Bolsonaro du Brésil encourage l’industrie agro-alimentaire
et les chercheurs d’or à déboiser la forêt – et il ne fait rien pour les empêcher d’envahir notre territoire.

Il y a seulement une génération, beaucoup de nos tribus se battaient, mais maintenant nous sommes ensemble, luttant ensemble contre notre ennemi commun. Et cet ennemi commun, c’est vous, les peuples non autochtones qui ont envahi nos terres et qui détruisent maintenant même ces petites parties des forêts où nous vivons que vous nous avez laissées.
Nous vous demandons d’arrêter ce que vous faites, d’arrêter la destruction, d’arrêter votre attaque contre les esprits de la Terre. Lorsque vous coupez les arbres, vous attaquez les esprits de nos ancêtres. Lorsque vous creusez pour trouver des minéraux, vous empalez le cœur de la Terre. Et lorsque vous versez des poisons sur la terre et dans les rivières – des produits chimiques issus de l’agriculture et du mercure des mines d’or – vous affaiblissez les esprits, les plantes, les animaux et la terre elle-même. Quand vous affaiblissez la terre comme ça, elle commence à mourir. Si la terre meurt, si notre Terre meurt, alors aucun de nous ne pourra vivre, et nous aussi nous mourrons tous.


Photo: Enfant Kayapo

Pourquoi fais-tu cela? Vous dites que c’est pour le développement – ​​mais quel type de développement enlève la richesse de la forêt et la remplace par un seul type de plante ou un seul type d’animal ? Là où les esprits nous donnaient autrefois tout ce dont nous avions besoin pour une vie heureuse – toute notre nourriture, nos maisons, nos médicaments – il n’y a maintenant que du soja, du bétail et des rivières contaminées.

Alors pourquoi faites-vous cela ? A qui s’adresse ce développement ? Nous pouvons voir que c’est pour que certains d’entre vous puissent gagner beaucoup d’argent. Dans la langue Kayapó, nous appelons votre argent piu caprim, ‘feuilles tristes’, car c’est une chose morte et inutile, et cela n’apporte que du mal et de la tristesse.

Lorsque votre argent arrive dans nos communautés, cela cause souvent de gros problèmes, séparant nos gens. Et on voit bien que ça fait la même chose dans vos villes, où ce que vous appelez les riches vivent isolés de tout le monde, craignant que d’autres ne viennent leur prendre leur piu caprim. Pendant ce temps d’autres personnes meurent de faim ou vivent dans la misère parce qu’elles n’ont pas assez d’argent pour se nourrir et nourrir leurs enfants.
Mais ces gens riches mourront, comme nous mourrons tous. Et quand leurs esprits seront séparés de leurs corps, leurs esprits seront tristes et ils souffriront, parce que pendant qu’ils sont en vie, ils ont fait souffrir tant d’autres personnes au lieu de les aider, au lieu de s’assurer que tout le monde a assez à manger avant de se nourrir, ce qui est notre voie, la voie des Kayapó, la voie des
peuples Indigènes.

Vous devez changer votre façon de vivre parce que vous êtes perdu, vous avez perdu votre chemin. Là où vous allez n’est que le chemin de la destruction et de la mort. Pour vivre, vous devez respecter le monde, les arbres, les plantes, les animaux, les rivières et même la terre elle-même. Parce que toutes ces choses ont des esprits, toutes ces choses sont des esprits, et sans les esprits, la Terre mourra, la pluie s’arrêtera et les plantes nourricières se faneront et mourront aussi.

Nous respirons tous cet air, nous buvons tous la même eau. Nous vivons sur cette seule planète. Nous devons protéger la Terre. Si nous ne le faisons pas, les grands vents viendront et détruiront la forêt.
Alors vous ressentirez la peur que nous ressentons. »

  • Raoni Metuktire, chef du peuple indigène brésilien Kayapó.

Destruction due à l’extraction de l’or dans les terres autochtones

Voici ce que nous pouvons faire pour aider :
On peut boycotter tous les produits issus de la déforestation ; or, huile de palme, bois exotiques, soja, viande.
Nous pouvons nous assurer que nous achetons des produits d’origine locale et non des articles qui parcourent des milliers de kilomètres.

Je pense que l’une des meilleures façons d’aider à préserver la forêt amazonienne est d’aider directement les peuples autochtones qui la protègent ! Veuillez vous joindre à moi pour soutenir l’Apib – l’Articulation des Peuples Autochtones du Brésil.
Ils font bien plus que simplement pétitionner les gouvernements qui bénéficient financièrement de la destruction en cours. Apib aide les communautés autochtones à résoudre les problèmes de santé en cours et elles, avec des avocats autochtones, poursuivent le gouvernement brésilien en justice !

Apib nous informe que les mobilisations indigènes du mois d’avril sont confirmées. La plus grande mobilisation, l’Acampamento Terra Livre (le camp Libérez Notre Terre), est prévue du 4 au 8 avril 2022, à Brasília, dans le District Fédéral. Délimitons Brasilia !

Voici des informations supplémentaires sur l’Apib en anglais, portugais et espagnol :

https://apiboficial.org/apib/?lang=en

et ici:

https://apiboficial.org/sobre/?lang=en

Veuillez faire un don ici si vous souhaitez :

https://apiboficial.org/apoie/?lang=en

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Déforestation et dévastation des terres indigènes en Amazonie – Voici ce que nous pouvons faire pour aider où que nous soyons dans le monde !

  1. Pingback: Déforestation et dévastation des terres indigènes en Amazonie – Voici ce que nous pouvons faire pour aider où que nous soyons dans le monde ! — Barbara Crane Navarro – Tiny Life

  2. Pingback: Déforestation et dévastation des terres indigènes en Amazonie – Voici ce que nous pouvons faire pour aider où que nous soyons dans le monde ! | Ned Hamson's Second Line View of the News

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s