COP-26 : « Notre résistance collective pour défendre nos territoires ancestraux fait partie d’une proposition urgente et nécessaire des peuples autochtones qui s’aligne sur notre appel à protéger au moins 80% de la forêt amazonienne avant 2025. » Il est maintenant temps de « Exit Amazon Oil & Gas » – « Sortir du pétrole et du gaz de l’Amazonie » et d’autres industries extractives ! 


Peuples indigènes de la forêt amazonienne

Les dirigeants autochtones de toute l’Amazonie ont adopté une résolution visant à protéger 80% de la forêt tropicale d’ici 2025 lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN en septembre 2021. Aujourd’hui, à la COP-26, ils continuent d’appeler les gouvernements, les entreprises et les sociétés financières du monde entier à mettre fin au financement d’industries extractives de la région amazonienne.

« L’industrie des combustibles fossiles a passé des décennies à nier et à retarder une action réelle sur la crise climatique, c’est pourquoi il s’agit d’un problème si énorme. Leur influence est l’une des principales raisons pour lesquelles 25 ans de pourparlers sur le climat de l’ONU n’ont pas conduit à de réelles réductions des émissions mondiales. »

  • Global Witness – (Témoin global)

Sur les quelque 40 000 personnes présentes à la COP-26, le gouvernement brésilien dispose de la plus grande équipe officielle de négociateurs avec 479 délégués, selon l’ONU.

Global Witness a dénombré 503 délégués et lobbyistes ayant des liens avec les intérêts des combustibles fossiles qui ont été accrédités pour la COP-26. Par conséquent, l’industrie des combustibles fossiles a la plus grande délégation au sommet sur le climat, ce qui a apparemment influencé le premier projet de texte de décision de la COP-26. Ce texte officiel, qui décrit les mesures que les nations doivent prendre après le sommet afin d’éviter les pires effets de la crise climatique, mentionne l’accélération de la suppression progressive du charbon et des subventions aux combustibles fossiles. 

Les gouvernements et les banques doivent cesser complètement de financer les combustibles fossiles, y compris le gaz et les projets de pipelines en cours qui détruisent les terres indigènes.

« L’Amazonie et notre climat mondial sont en état d’urgence. Nous manquons de temps pour éviter un chaos climatique catastrophique. Il est temps d’écouter les peuples autochtones et de s’attaquer à l’énorme dette du Nord global envers le Sud global pour sa part injuste dans la conduite vers le chaos climatique. »

  • Amazon Watch

De nombreuses sociétés pétrolières et gazières mondiales font la promotion de fausses « solutions » telles que la compensation carbone, le commerce du carbone, l’élimination du carbone, la capture et le stockage du carbone ainsi que les escroqueries nettes zéro afin de leur permettre de continuer à extraire du pétrole et du gaz.


Sources d’eau en Equateur contaminées par le pétrole d’un puits de Chevron

« Nous, les peuples d’origine, protégeons 80 % de la biodiversité mondiale. Nous exigeons que les banques cessent de financer les combustibles fossiles et assurent la vie de toute l’humanité. Nous voulons continuer à exister, et que la forêt reste vivante pour tous. »

  • Marisela Gualinga, vice-présidente des Kichwa de Sarayaku, Amazonie équatorienne.

La campagne « Exit Amazon Oil & Gas » appelle toutes les banques à :

  • S’engager immédiatement à mettre fin au financement de l’expansion des activités pétrolières et gazières en Amazonie dès que possible et au plus tard fin 2022
  • S’engager à mettre fin au financement de toutes les activités pétrolières et gazières actuellement opérationnelles en Amazonie d’ici la fin de 2025, dans le but de faciliter une cessation responsable des opérations 
  • S’engager à mettre fin à tous les prêts, lettres de crédit et facilités de crédit renouvelables pour tous les commerçants négociant activement du pétrole ou du gaz provenant du biome amazonien d’ici la fin de 2022

Sources d’eau en Equateur contaminées par l’exploitation du pétrole par Chevron

« Notre résistance collective pour défendre nos territoires est une résistance pour protéger la planète de la crise climatique que nous vivons actuellement. Une politique d’exclusion géographique est un engagement des banques à exclure tout type de financement et d’investissement dans tout type d’activité pétrolière ou gazière menée en Amazonie. Il s’agit d’une proposition urgente et nécessaire qui s’aligne sur notre appel à protéger au moins 80 % de la forêt amazonienne avant 2025. L’UICN a déjà approuvé cette mesure, et les entreprises doivent suivre ce mandat. Toute banque qui continue de soutenir les industries des combustibles fossiles qui détruisent la plus grande forêt tropicale humide du monde ne peut se déclarer alliée dans la lutte pour protéger notre avenir et celui de la planète. »

  • José Gregorio Díaz Mirabal, Wakuenai Kurripaco du Venezuela et le coordinateur général, Organisme de coordination des organisations autochtones du bassin amazonien (COICA)

Indigènes et alliés en marche à la COP-26 : « se départir de la destruction de l’Amazonie! »

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to COP-26 : « Notre résistance collective pour défendre nos territoires ancestraux fait partie d’une proposition urgente et nécessaire des peuples autochtones qui s’aligne sur notre appel à protéger au moins 80% de la forêt amazonienne avant 2025. » Il est maintenant temps de « Exit Amazon Oil & Gas » – « Sortir du pétrole et du gaz de l’Amazonie » et d’autres industries extractives ! 

  1. Pingback: COP-26 : « Notre résistance collective pour défendre nos territoires ancestraux fait partie d’une proposition urgente et nécessaire des peuples autochtones qui s’aligne sur notre appel à protéger au moins 80% de la forêt amazonienne avant 2025

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s