EXPOSITION “Pas de Cartier !” – Les YANOMAMI et les ARBRES – Mines d’or et articles de luxe en or – COVID-19 propagé par des mineurs d’or… 3 septembre – 4 octobre 2020

“Pas de Cartier !”
montage photo
Barbara Crane Navarro

Comment Cartier concilie-t-il son modèle d’affaires d’extraction d’or qui détruit les arbres et dégrade la vie des autochtones avec ses expositions d’art “Nous les arbres” et “La lutte Yanomami”?

“Conquête de la nature” 
assemblage – 100×150   
Catherine-Claire Grenier

Les articles publiés lors de l’exposition de la Fondation Cartier “La lutte Yanomami” (du 30 janvier au 13 septembre 2020) ignorent le fait que la Fondation Cartier “soutient” un peuple, les Yanomami, victime d’une activité d’extraction d’or sale, qui enrichit précisément la société de bijoux de luxe Cartier

La même question peut être posée concernant l’exposition précédente de la Fondation Cartier “Nous les arbres” du 12 juillet au 10 novembre 2019.

De quels arbres exactement faisaient-ils allusion lorsqu’il est si évident qu’il est nécessaire de détruire les arbres et d’empoisonner les rivières et le sol afin d’extraire de l’or pour les montres et les bijoux Cartier

Des dizaines de milliers d’arbres de la forêt tropicale doivent être déracinées, des centaines de tonnes de sol extraites et mélangées à des dizaines de tonnes de polluants environnementaux toxiques qui contaminent les terres indigènes pour cet anneau d’or si spécial …

 “Un site d’orpaillage avec des arbres morts et de l’eau polluée”
dessin sur papier
Namowë Yanomami

En ligne, lors de la fermeture due au COVID-19, la Fondation Cartier a annoncé: “Ces temps nous donnent l’opportunité d’explorer des sujets que nous trouvons pertinents, comme l’environnement ou la défense des peuples autochtones, et de les remettre en lumière… ou bientôt , en hommage aux arbres, ces grands protagonistes du monde vivant.

Et “Pendant cette période d’enfermement, Raymond Depardon et Claudine Nougaret partagent avec nous leur dernier film, “Mon Arbre”. Réalisé pour l’exposition “Nous les arbres” (2019), ce film donne une voix aux hommes et aux femmes qui en sont entourés, les chérissent, les observent, les défendent, les soignent, les admirent, et qui sont aussi un peu fatigués de vivre avec eux.

“Homme Yanomami marchant à travers la forêt jusqu’à la rivière”
dessin sur papier
Terowë Yanomami

Les Yanomami ne sont pas du tout fatigués de vivre avec des arbres et ont demandé au gouvernement brésilien d’obliger des dizaines de milliers de mineurs d’or qui détruisent les forêts et empoisonnent les rivières de quitter le territoire indigène Yanomami.

Le vice-président brésilien, le général Mourao, a affirmé qu’il aiderait, mais déclare maintenant que retirer “3 500” mineurs d’or illégaux des terres Yanomami, comme il l’a promis, est une “tâche herculéenne” – mais en réalité, 25 000 mineurs d’or ravagent le territoire Yanomami et propagent le coronavirus…

“Dans la forêt”
dessin sur papier
Meromi Yanomami

Un porte-parole des Yanomami, Davi Kopenawa, a évoqué les dangers de “Cannibal Gold” dans son livre “The Falling Sky” qui a été publié en 2013, lorsque des mineurs d’or ont apporté la rougeole et d’autres maladies aux peuples autochtones, mais avant que COVID-19 ne commence à décimer les communautés Yanomami:

“Les choses que les blancs extraient si avidement des profondeurs de la terre, les minerais et le pétrole… sont des choses mauvaises et dangereuses, imprégnées de toux et de fièvre… Ils ont déjà plus qu’assez de biens. Malgré cela, ils continuent de creuser le sol sans relâche, comme des tatous géants. Ils ne pensent pas que, ce faisant, ils seront aussi contaminés que nous. Ils se trompent. …Ce n’est pas pour rien que les Blancs veulent aujourd’hui creuser le sol de notre forêt. …Les Blancs ont répandu leur épidémie de fumée dans toute la forêt pour rien, sans s’en rendre compte, en arrachant simplement l’or et les autres minéraux de la terre. … Ils ne se soucient que de la cuisson du métal et du pétrole pour fabriquer leurs produits. … L’épidémie de xawara prospère là où les blancs fabriquent leurs objets et les stockent. Mais les oreilles des blancs n’entendent pas les paroles des esprits! Ils ne paient que attention à leur propre discours et ne jamais se rendre compte que c’est la même fumée épidémique qui empoisonne et dévore leurs propres enfants. Leurs grands hommes continuent d’envoyer leurs gendres et leurs enfants pour arracher les mauvaises choses qui propagent les maladies dont nous souffrons tous à cause des ténèbres de la terre. Ainsi, le souffle de fumée des minerais brûlés se répand partout. Ce que les Blancs appellent “le monde entier” est corrompu par les usines qui produisent tous leurs biens, leurs machines et leurs moteurs. … Même les arbres tombent malades. Devenant des fantômes, ils perdent leurs feuilles, se dessèchent et se cassent d’eux-mêmes. Les poissons meurent également de la même cause, dans l’eau sale des rivières. Avec la fumée des minerais, du pétrole, des bombes et des objets atomiques, les blancs rendront la terre et le ciel malades.”

“Forêt du Jaguar” 
dessin sur papier
Meromi Yanomami

La publicité en ligne de la Fondation Cartier continue: “pour nous remonter le moral en ces temps d’enfermement, Bernie Krause souhaite partager avec le public de la Fondation Cartier une immersion sonore unique de 60 minutes en Amazonie. Faisant écho à “La Lutte Yanomami” il nous amène au cœur de la forêt, dans un habitat naturel proche des territoires Yanomami, dans lequel une attention très particulière aux sons naturels, vocalisations animales en particulier, est une composante essentielle du mode de vie Yanomami . Comme pour de nombreux enregistrements de Bernie Krause, ce paysage sonore et sa bio-phonie enregistrés en 1990 ne peuvent plus être entendus aujourd’hui, car cet habitat naturel a depuis été fortement compromis par l’exploitation forestière et minière intenses.

“Revolução Indígena”
 sérigraphie – 52×85
Amazoner Arawak

Les bijoux, montres et accessoires en or de la compagnie de luxe Cartier ne sont pas en vente à la Fondation Cartier, mais la Fondation a été créée avec des fonds provenant de la vente d’articles de joaillerie de luxe et est subventionné par la société Cartier à hauteur d’environ cinq millions d’euros par an, selon la Directeur général  de la Fondation Cartier Hervé Chandès. Dans une interview de Caroline Lebrun https://www.paris-art.com/herve-chandes-fondation-cartier/  Chandès précise que “La Fondation Cartier est privée, entièrement financée par Cartier pour ses communications.

J’avais l’impression que la Fondation Cartier était une sorte de musée, mais des communications pour Cartier? Cela ne ressemble-t-il pas plus à de la publicité qu’à de l’art ? Cela signifierait-il que l’art n’est qu’un moyen de vendre plus de produits de luxe en leur donnant une aura de culture ? Donc, selon la Fondation Cartier, les Yanomami et les arbres sont-ils de l’ART? – THÉÂTRE ? – FOLKLORE? …ou la définition même du greenwashing ? !

“Un chaman Yanomami invoquant les esprits Hekura pour empêcher les intrus de détruire la forêt”
dessin sur papier
Wacayowë Yanomami

Jusqu’à 75% de l’or extrait chaque année est utilisé pour les bijoux, les montres et autres symboles de statut vains et futiles vendus par Cartier et d’autres sociétés de l’industrie du luxe dans le monde entier.

Des études ont montré que l’extraction de l’or asphyxie la biosphère, empêchant les arbres et les plantes de repousser dans les zones qui ont été excavées pour les fosses minières. Les taux de récupération des arbres de la forêt amazonienne sont très faibles et les niveaux extrêmement élevés de mercure dus à l’extraction de l’or détruisent la forêt au-delà de tout espoir de récupération.

“Arbres dans le pétrole”
huile sur toile – 57×76
Constance Mallinson

Lors de le pic de COVID-19 en France, la Fondation Cartier a déclaré: “Pendant le confinement, le jardin de la Fondation Cartier a pu se reposer et s’épanouir à l’abri des regards. De nouvelles mesures sont mises en place pour préserver toute sa beauté et son écosystème fragile.

Cependant, la même considération n’a pas été accordée à l’écosystème fragile de la forêt amazonienne pendant le confinement. L’exploitation de l’or dans la forêt amazonienne a atteint des proportions “épidémiques”, en particulier dans les territoires autochtones. Une augmentation du prix de l’or a déclenché une ruée vers l’or, avec des centaines de milliers de mineurs illégaux se déployant dans les territoires autochtones dans l’espoir de devenir riche.

“La fumée d’épidémie xawara tuant une communauté Yanomami”
dessin sur papier
Anoami Yanomami

Pendant ce temps, au 29 juillet, il y avait 335 cas confirmés de virus et 31 cas suspects ainsi que cinq décès confirmés et quatre décès suspects chez les Yanomami dus au COVID-19. Les dirigeants Yanomami blâment les orpailleurs et l’industrie de l’or pour la propagation du virus et expriment leurs craintes de génocide.

“Yanomami shabono vide à cause de xawara
maquette – 12×48
Jean José Cadhilac

Le “GUIDE Jeune Public” de l’exposition “Nous les Arbres” de la Fondation Cartier est disponible en ligne et décrit en détail, avec des illustrations, les arbres magnifiques du jardin de la Fondation Cartier créé en 1994 par l’artiste Lothar Baumgarten “Theatrum Botanicum” (“Théâtre des plantes”). “Avec 200 espèces végétales, des espèces sauvages et naturelles, indigènes pour la plupart, plantées autour du majestueux cèdre du Liban planté par Chateaubriand en 1823.” 

Vue du jardin de la Fondation Cartier “Theatrum Botanicum” de Lothar Baumgarten et le bâtiment de Jean Nouvel – Photo: Luc Boegly

Le “GUIDE Jeune Public” continue avec les informations suivantes pour les enfants et leurs parents:

LA DÉFORESTATION Dans plusieurs cultures, la forêt est considérée comme une personne à part entière, un esprit, une divinité. Elle est célébrée et remerciée pour tout ce qu’elle offre (air, nourriture, habitat, remède, etc.). Aujourd’hui, son équilibre est menacé : certaines personnes semblent avoir oublié que notre survie dépend du bien-être des arbres. Comprendre que nous sommes tous membres d’une même communauté, celle du “vivant”, doit nous inviter à réfléchir à nos actions et à agir de façon plus responsable.

“La forêt heureuse”
dessin sur papier
Meromi Yanomami

La Fondation Cartier pose une autre question vitale:

ARBRE, MON BEL ARBRE Les arbres sont nos ancêtres et sont depuis toujours une source de fascination et d’inspiration pour toutes les sociétés humaines que ce soit dans le domaine de la science, des arts ou des lettres. Mais qu’est-ce qui nous émerveille autant chez eux ? Outre la beauté de leur feuillage et leurs dimensions impressionnantes, les arbres semblent également poser des questions métaphysiques : quelle est notre place par rapport à ces géants du monde vivant ?”

“Chamans Yanomami luttant contre xawara – fumée d’épidémies”
installation – technique mixte
Barbara Crane Navarro

Ma réponse serait qu’après avoir réfléchi à nos actions et décidé d’agir de manière plus responsable, le résultat serait évidemment de refuser d’acheter ou de se parer des objets en or afin de protéger les Yanomami et les arbres. 

Et vous? Quelle serait votre réponse?

“Chasseur rêvant dans son hamac dans un abri de chasse en forêt”
dessin sur papier
Namowë Yanomami

Et le “GUIDE Jeune Public” continue:  “Connais-tu l’Amazonie ? C’est une immense forêt en Amérique du Sud et les Yanomami font partie des peuples qui l’habitent, probablement depuis près de 5000 ans ! Ils croient en l’esprit de la forêt qui leur donne tout ce dont ils ont besoin pour vivre. Ils ne prélèvent que le minimum dans la nature afin de ne pas lui nuire et la préserver du mieux possible.

“Fille Yanomami ciblée”
photo sur toile – 20×30
Barbara Crane Navarro

Oui, et la meilleure façon de ne pas nuire et de préserver la nature est de renoncer à acheter et à porter des bijoux, montres et accessoires en or! 

Pas de Cartier !

“Conquête des Amériques”
assemblage – 20×23
Angle et Dawn

Comme un orateur lors de l’inauguration de “La Lutte Yanomami” a déclaré: “C’est l’épisode ultime de la conquête des Amériques. L’accumulation d’or a permis à l’Europe de se développer. Nous devons nous mobiliser pour éviter la disparition des peuples indigènes.” – et la disparition des forêts essentiels à la vie!  

Pas de Cartier!

“SOS Amazônia / Espíritos da Floresta”
Triptyque – Peintures acryliques sur papier rigide – 3 x 1mx1m
Sérgio Bello

EXPOSITION “Pas de Cartier” ! 

3 septembre au 4 octobre 2020

Sculpture, photo, peinture – Barbara Crane Navarro

Sérigraphie – Amazoner Arawak

Peinture – Sérgio Bello, Constance Mallinson

Assemblage – Catherine-Claire Greiner, Angle & Dawn

Maquette – Jean José Cadilhac 

Dessin – artistes Yanomami

Projection du film – Barbara Crane Navarro, Ramiro Magalhães

Son – César Antonio Estay Herrera

The Bridge Gallery, Nemours, 77140, France

Pour planifier une visite à The Bridge Gallery, svp, envoyez un courriel à: b.c.navarro.art@gmail.com

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

12 Responses to EXPOSITION “Pas de Cartier !” – Les YANOMAMI et les ARBRES – Mines d’or et articles de luxe en or – COVID-19 propagé par des mineurs d’or… 3 septembre – 4 octobre 2020

  1. Pingback: EXPOSITION « Pas de Cartier ! » – Les YANOMAMI et les ARBRES – Mines d’or et articles de luxe en or / COVID-19 propagé par des mineurs d’or… — Barbara Crane Navarro | Mon site officiel / My official website

  2. czls says:

    De toute évidence, Cartier veut gagner autant d’argent que possible tout en semblant altruiste et les Yanomami et les arbres ne sont qu’un placage prétentieux et égoïste. Lorsque le joaillier et horloger Cartier ouvre la Fondation Cartier en 1984, l’arrangement entre les marques de luxe et l’art est encore nouveau. Le président socialiste, Mitterrand, envisagea de nationaliser Cartier et d’autres entreprises de luxe, car à cette époque les ornements ostentatoires étaient jugés politiquement incorrects – avant l’ère ultérieure du «bling-bling». Désormais, pratiquement toutes les entreprises de luxe françaises ont leur propre fondation artistique. LVMH fait de même avec sa fondation d’art, mais ils n’utilisent pas (encore) les peuples autochtones et les arbres comme objets de promotion des ventes…

    Liked by 3 people

  3. Oui, exactement! Magnifiquement dit! Il est de notre responsabilité en tant que consommateurs d’honorer la vie de la forêt, des peuples autochtones et de tout le monde vivant et de refuser d’acheter et d’utiliser des choses qui les endommagent et les dégradent!

    Liked by 2 people

  4. Une présentation édifiante d’une situation catastrophique! Parce que le consumérisme permet l’hypocrisie, nous devons considérer d’où vient chaque chose que nous voulons, quels sont ses coûts pour la nature, pour la vie. Ceci est absolument valable pour l’or qui est représenté par la marque Cartier; l’or qui a été extrait avec la mort et le manque de respect pour les peuples autochtones et pour la nature. Nous devons nous demander, comment sommes-nous complices de chacune de ces atrocités…

    Liked by 1 person

  5. Bonjour Barbara, merci, c’est exactement ce que j’ai ressenti en allant voir cette exposition “nous les arbres”, en rentrant, j’ai fait des recherches sur eux, j’étais scandalisée par le paradoxe qu’il y a dans le fait que Cartier “s’engage” pour la forêt ! Ce que je me demandais c’était : de quelle manière ont ils acquis ces œuvres, est ce que beaucoup des oeuvres qu’ils exposent ne proviennent pas des mêmes endroits où ils se fournissent en matière précieuse ? En plus de la forêt, j’ai donc eu des doutes sur l’acquisition des oeuvres… je me suis dit qu’ils allaient très loin dans l’exploitation… Bref, n’y allons plus sauf si c’est gratuit

    Liked by 1 person

    • Bonjour Charlotte, Merci pour votre commentaire si bien développé. C’est enrageant de voir cette exploitation, voir cette perversion scandaleuse de l’art, des peuples premiers, et même de la nature par une entreprise vendant des articles de luxe objectivement inutiles qui sont acquis en détruisant la nature et en dégradant la vie des ces peuples. En tant qu’artiste, j’ai visité des expositions d’art à la Fondation Cartier pendant des décennies mais il n’y a aucun moyen, même si elles me payaient, de me convaincre de retourner à cet endroit dans le futur.

      Like

  6. Pingback: Territoire Yanomami, rio Putaco, Alto Orinoco, Amazonas, Venezuela – NON à la destruction des terres indigènes par l’Arc minier de l’Orénoque de Maduro au Venezuela !!! | Barbara Crane Navarro

  7. Pingback: Dauphin d’eau douce sautant, rio Orinoco, Amazonas, Venezuela – NON à la destruction des terres indigènes par l’Arc minier de l’Orénoque de Maduro au Venezuela !!! | Barbara Crane Navarro

  8. Pingback: Un bébé loutre de rivière, rio Orinoco, Amazonas, Venezuela – NON à la destruction des terres indigènes par l’Arc minier de l’Orénoque de Maduro au Venezuela !!! | Barbara Crane Navarro

  9. Reblogged this on Barbara Crane Navarro and commented:

    Comme un orateur lors de l’inauguration de “La Lutte Yanomami” a déclaré: “C’est l’épisode ultime de la conquête des Amériques. L’accumulation d’or a permis à l’Europe de se développer. Nous devons nous mobiliser pour éviter la disparition des peuples indigènes.” – et la disparition des forêts essentiels à la vie!

    Pas de Cartier!

    Like

  10. Reblogged this on Tiny Life and commented:
    Comme un orateur lors de l’inauguration de “La Lutte Yanomami” a déclaré: “C’est l’épisode ultime de la conquête des Amériques. L’accumulation d’or a permis à l’Europe de se développer. Nous devons nous mobiliser pour éviter la disparition des peuples indigènes.” – et la disparition des forêts essentiels à la vie!

    Pas de Cartier!

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s