TRANSGRESSION: Peuples indigènes isolés, missionnaires et COVID-19/Effacement de l’existence indigène – le prosélytisme au temps des coronavirus: Partie 3

La région reculée et difficile à atteindre de la vallée de Javari au Brésil compte le plus grand nombre de peuples indigènes non contactés au monde qui sont très sensibles aux maladies introduites sur leur territoire par ce que nous considérons comme la civilisation. Au milieu de la pandémie de coronavirus qui ravage le Brésil, les missionnaires évangéliques fondamentalistes ont désormais à la tête de la “Coordination générale des peuples indigènes isolés et récemment contactés” de la FUNAI un des leurs.

Image originale de Ricardo Stuckert, retravaillée par Barbara Crane Navarro

Ricardo Lopes Dias, missionnaire évangélique “implantation d’églises” et anthropologue, a été confirmé en tant que nouveau chef de la section des peuples indigènes isolés et récemment contactés (CGIIRC) de l’Agence des affaires indigènes (FUNAI) en février 2020. Le journaliste Daniel Biasetto d’O Globo a révélé le mensonge selon lequel Lopes Dias n’était plus lié à la fanatique et largement discréditée Mission des nouveau tribus du Brésil (MNTB), et que Lopes Dias avait menti au sujet de son implication continue dans des projets d’évangélisation missionnaire lorsqu’il a été choisi pour le poste.

photo: © Ricardo Lopes Dias

GLOBO a recueilli des témoignages de peuples indigènes qui ont travaillé avec le pasteur Lopes Dias, non seulement au MNTB, mais aussi à l’église baptiste de Guaianases. Après avoir travaillé pendant des années avec le MNTB pour évangéliser le peuple Matsé dans le Vale do Javari, Ricardo et son épouse, Arlete Dias, sont revenus à São Paulo en 2013 où ils ont rejoint l’église baptiste de Guaianase avec un projet d’évangélisation indigène. Lopes Dias a affirmé qu’il n’avait pas travaillé avec le MNTB pendant dix ans alors qu’en fait, lui et son épouse donnaient encore des conférences, tout en participant à la formation de peuples indigènes déjà convertis; leur apprendre une interprétation rigoureusement fondamentaliste de la Bible afin qu’ils puissent devenir des “multiplicateurs” au sein de leur groupe ethnique dans le but de convertir les autres.

Publicité pour le culte destiné aux missions indigènes à l’église baptiste de Guaianases, enseignée par Ricardo Lopes Dias en 2018 Photo: Reproduction

L’une des fonctions les plus vitales du coordinateur du CGIIRC est de travailler avec des informations confidentielles concernant l’emplacement exact des peuples isolés et récemment contactés et d’accorder ou de refuser la permission d’entrer sur ces territoires autochtones. De plus, le coordonnateur du CGIIRC a le pouvoir d’approuver des expéditions pour localiser des peuples autochtones isolés. L’un des objectifs du secteur qui est maintenant sous la direction de Lopes Dias est d’empêcher l’invasion de missionnaires dans ces territoires afin d’interdire tout prosélytisme religieux et l’implication continue de Lopes Dias dans l’évangélisation est clairement un conflit d’intérêts pour le poste qu’il occupe. En plus de contrevenir à la politique de non-contact garantie par la Constitution de 1988, elle viole la détermination des communautés autochtones volontairement isolées à maintenir leurs croyances cosmologiques ancestrales et leurs coutumes traditionnelles.

Le MNTB (rebaptisé Ethnos360) proclame son objectif comme “porter l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre et atteindre les non atteints”, ce qui est le conversion forcé, une pratique condamnée par la plupart des anthropologues et des peuples autochtones.

L’association qui regroupe les églises missionnaires du Brésil (AMNTB) affiche une carte indiquant les régions de l’Amazonie où il n’y a pas encore de présence missionnaire ou de “connaissance de Jésus.” Edward Luz, président du MNTB, déclare qu’environ 150 groupes ethniques sont encore “à atteindre avec l’Evangile au Brésil.”

Parallèlement, face à une réaction internationale féroce face à leurs pratiques de prosélytisme dans la vallée de Javari, le siège du MNTB à Guajará-Mirim, Rondônia, a récemment renforcé ses mesures de sécurité…

Le siège du MNTB à Guajará-Mirim, Rondônia avec des mesures de sécurité récemment renforcées

En raison de la menace du coronavirus, le ministère de la Justice d’Amazonas a ordonné le retrait des missionnaires du territoire indigène de Vale do Javari. La décision de la Cour fédérale a demandé à la FUNAI de se conformer aux ordonnances et d’interdire l’entrée des missionnaires américains Andrew Tonkin, Josiah Mcintyre, Wilson Kannenberg ainsi que de tout représentant du MNTB ou d’autres organisations religieuses à la suite d’un rapport GLOBO qui a révélé un plan de missionnaires américains pour contacter les peuples isolés de la région. L’un des éléments cités dans l’action est la relation étroite du pasteur Lopes Dias, coordinateur général du CGIIRC au FUNAI, avec les sujets de la demande de limitation d’accès. Lopes Dias est accusé par les communautés autochtones d’avoir négligé ses responsabilités au CGIIRC pour ne pas avoir poursuivi les accusations concernant les récentes invasions de missionnaires à Vale do Javari, ni pour avoir formulé un éventuel plan à mettre en œuvre pour faire face à la crise sanitaire des coronavirus dans les communautés potentiellement touchées.

Le ministère public fédéral (MPF) a demandé la suspension de la nomination de Lopes Dias à la tête du CGIIRC, affirmant qu’il entretient des liens étroits “avec une organisation dont le but est de faire du prosélytisme dans des communautés indigènes isolées ou récemment contactées, créant ainsi une relation de dépendance favorable à la propagation de la foi évangélique.” Dans l’action en justice, le MPF voit une menace de génocide et d’ethnocide contre des peuples indigènes isolés, des conflits d’intérêts, des incompatibilités techniques et des risques de régression dans la politique de non-contact à l’égard de ces peuples. Cependant, la décision de justice n’a pas tenu compte de la manœuvre sournoise faite par l’actuel président de la FUNAI, Marcelo Augusto Xavier, pour modifier le règlement intérieur une semaine avant la nomination de Lopes Dias. Le fait qu’il n’était pas fonctionnaire l’aurait empêché auparavant de prendre ses fonctions. La FUNAI défend sa décision en affirmant qu’une tentative de suspendre Lopes Dias est “un préjugé religieux parce qu’il professe la foi évangélique” et que cela “ne signifie pas qu’il y a une autorisation de la FUNAI pour l’ingérence supposée de missionnaires dans les zones indigènes.”

photo: Ricardo Stuckert

Les politiques environnementales favorables au développement de Bolsonaro mettent déjà les peuples indigènes isolés en danger de génocide. La nomination de Lopes Dias à la tête du CGIIRC, un poste avec des paramètres qu’il n’est manifestement pas capable de mettre en œuvre avec intégrité, augmente la menace.

 Actuellement, il y a près de 100 cas documentés de la présence de communautés indigènes isolées au Brésil à rechercher pour confirmation. La mauvaise décision peut conduire à l’extermination des groupes indigènes existant dans ces régions, comme cela s’est produit trop souvent dans l’histoire de l’Amazonie et des Amériques.

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to TRANSGRESSION: Peuples indigènes isolés, missionnaires et COVID-19/Effacement de l’existence indigène – le prosélytisme au temps des coronavirus: Partie 3

  1. Les communautés indigènes n’ont pas besoin de ces hypocrites religieux!
    Dieu est présent dans tout ce qui existe dans la nature…

    Liked by 1 person

  2. Crimes contre le droit à l’identité ethnique, contre les droits des peuples indigènes, contre l’humanité. Abus sans fin en vue… Le génocide continue!

    Liked by 1 person

Leave a Reply to anamariarenatamachado Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s