MISE À JOUR – TRANSGRESSION: Le risque que les évangéliques propagent sans le savoir des coronavirus aux peuples autochtones isolés: les missionnaires et la pandémie COVID-19/Effacement de l’existence indigène – Partie 2

Au milieu de la pandémie de coronavirus qui ravage le Brésil, atterrissant et décollant des villages de la région amazonienne de Vale do Javari afin de contacter et d’évangéliser les communautés autochtones dans cette région éloignée et difficile à atteindre, les missionnaires évangéliques fondamentalistes ne reculeront devant rien. . La région de la vallée de Javari compte le plus grand nombre de peuples autochtones non contactés au monde qui sont très sensibles aux maladies provoquées par ce que nous considérons comme la civilisation.


L’évangélique Andrew Tonkin et le missionnaire chrétien Wilson Kannenberg de «Rescue Wings», une organisation missionnaire de l’aviation, représentés ici avec un homme indigène sans nom. Image de Facebook.

Il y a au moins 100 groupes indigènes isolés dans le bassin amazonien de Brésil qui vivent en concordance et en harmonie avec leur environnement, leurs traditions et leurs croyances ancestrales comme ils le font depuis des milliers d’années.

Plus de 500 ans après l’arrivée des premiers colonisateurs au Brésil et le début de la destruction des terres et des vies indigènes, les missionnaires américains poursuivent cette obsession dangereuse. La notion même de conversion religieuse forcée ou de “salut” des peuples autochtones est un affront à ces cultures ancestrales et à l’autodétermination constitutionnellement garantie des communautés autochtones.

Les rapports des dirigeants autochtones des peuples Marubo, Mayoruna et Matsé révèlent qu’un missionnaire basé aux États-Unis, Andrew Tonkin, s’est organisé avec d’autres membres de la “Frontier International Mission” pour partir en expédition à Igarape Lambança afin de convertir des communautés autochtones non contactées dans la vallée de Javari. “Les missionnaires ont acheté des lampes de poche et d’autres équipements pour essayer de retourner dans la vallée de Javari. Andrew a dit qu’il avait déjà reçu l’autorisation de Dieu là-haut dans les cieux, et il n’y a pas de loi plus grande que celle-ci qui peut interdire son entrée”, a déclaré un converti indigène catéchisé qui a participé à une réunion avec Andrew Tonkin et un autre missionnaire des États-Unis, Josiash Mcintyre.

Kenampa Marubo, coordinateur général de l’Union des peuples autochtones de Vale do Javari (Unijava) rapporte avoir reçu des menaces de missionnaires américains. Le 25 mars, Josiash Mcintyre, accompagné d’un jeune converti Marubo, a envahi le siège d’Unijava à Atalaia do Norte. Leur objectif était de faire pression et d’intimider les indigènes qui y travaillent pour les obliger de leur donner un permis officiel d’entrer dans la Vale do Javari, comme l’exige la Fundação Nacional do Índio (Funai). Les missionnaires ont déjà une logistique très développée pour accéder aux communautés isolées; drones, ordinateurs, armes à feu, GPS et téléphones satellites. Pour atteindre des groupes isolés à Igarape Lambança, ils prévoient d’utiliser le même hydravion monomoteur qui appartient au missionnaire Wilson Kannenberg qu’ils ont utilisé dans le passé pour leurs précédentes tentatives.

photo d’Andrew Tonkin et détail de l’Evangile (Gospel) sur le site de la FIM

Le site Internet de la Frontier International Mission “un ministère baptiste de libre arbitre” regorge de platitudes religieuses sentimentales et mal orthographiées et la devise “le connaître, c’est le faire connaître”. Il déclare qu’Andrew Tonkin “fait du travail missionnaire depuis plus de onze ans dans le bassin amazonien. Son travail consiste en l’implantation d’églises indigènes et le travail de mission de croissance d’église”. Sur une autre partie du site Web se trouve cette phrase tronquée: “Prions pour que les ennemis ne se glissent pas et causer de la confusion, en gagnant au détriment de cette précieuse église naissante. “

Tonkin prétend qu’il n’est pas actuellement au Brésil, mais les dirigeants indigènes disent qu’il ment et se trouve en fait à Benjamin Constant, une ville près d’Atalaia do Norte où sont basés plusieurs missionnaires. Une famille de Frontier International Mission proclame sur le site Web: “Notre cœur et notre objectif dans le ministère est d’atteindre les personnes non atteintes parmi les peuples autochtones éloignées de la vallée de Javari… pour que nous puissions partager l’Évangile avec eux, puis enseigner, former et leur donner les moyens de ramener l’Évangile à leur propre peuple. ” Un aîné indigène Marubo réplique: “Notre préoccupation est que, dans le contexte de la pandémie de coronavirus, il existe toujours l’insistance de prosélytisme des groupes fondamentalistes travaillant à cette fin, ce qui est une attitude irresponsable et criminelle.”

L’Amazonie a été historiquement envahie par des mineurs, des bûcherons, des éleveurs et des missionnaires, dont certains peuvent maintenant être contaminés par un coronavirus. Alors que la pandémie se propage au Brésil, il existe une possibilité réelle et terrifiante que des communautés indigènes vulnérables et éloignées puissent être décimées par la maladie après un contact avec des étrangers, car elles n’ont aucune résistance ni immunité aux maladies occidentales même courantes telles que la grippe ou la rougeole. Une épidémie de Covid-19 pourrait être mortelle pour les 850 000 indigènes du Brésil qui sont particulièrement sensibles aux maladies respiratoires.

Bon nombre des communautés autochtones les plus acculturées, comme les Kayapo dans le bassin du fleuve Xingu dans les États du Mato Grosso et de Para, ont décrété un verrouillage et refusent l’accès à toute personne extérieure à la communauté afin d’empêcher le virus de se propager parmi eux.

Pour de nombreux groupes indigènes de la vallée de Javari qui ont choisi de rester isolés des contacts avec le monde extérieur, la pratique de toute forme “d’isolement social” est compliquée. Le risque qu’une personne infectée propage la maladie à tous les membres du groupe est écrasant dans les grandes structures traditionnelles au toit de chaume dans lesquelles les villageois occupent le même espace de vie. “Ramener l’Evangile à leur propre peuple.” pourrait conduire à l’anéantissement de la communauté.

Image originale par Gleilson Miranda / Governo do Acre, retravaillée par Barbara Navarro  

About Barbara Crane Navarro - Rainforest Art Project

I'm a French artist living near Paris. From 1968 to 1973 I studied at Rhode Island School of Design in Providence, Rhode Island, then at the San Francisco Art Institute in San Francisco, California, for my BFA. My work for many decades has been informed and inspired by time spent with indigenous communities. Various study trips devoted to the exploration of techniques and natural pigments took me originally to the Dogon of Mali, West Africa, and subsequently to Yanomami communities in Venezuela and Brazil. Over many years, during the winters, I studied the techniques of traditional Bogolan painting. Hand woven fabric is dyed with boiled bark from the Wolo tree or crushed leaves from other trees, then painted with mud from the Niger river which oxidizes in contact with the dye. Through the Dogon and the Yanomami, my interest in the multiplicity of techniques and supports for aesthetic expression influenced my artistic practice. The voyages to the Amazon Rainforest have informed several series of paintings created while living among the Yanomami. The support used is roughly woven canvas prepared with acrylic medium then textured with a mixture of sand from the river bank and lava. This supple canvas is then rolled and transported on expeditions into the forest. They are then painted using a mixture of acrylic colors and Achiote and Genipap, the vegetal pigments used by the Yanomami for their ritual body paintings and on practical and shamanic implements. My concern for the ongoing devastation of the Amazon Rainforest has inspired my films and installation projects. Since 2005, I've created a perfomance and film project - Fire Sculpture - to bring urgent attention to Rainforest issues. To protest against the continuing destruction, I've publicly set fire to my totemic sculptures. These burning sculptures symbolize the degradation of nature and the annihilation of indigenous cultures that depend on the forest for their survival.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

3 Responses to MISE À JOUR – TRANSGRESSION: Le risque que les évangéliques propagent sans le savoir des coronavirus aux peuples autochtones isolés: les missionnaires et la pandémie COVID-19/Effacement de l’existence indigène – Partie 2

  1. poryla says:

    J’ai trouvé vos messages super intéressants, j’aime ce genre d’approche.

    Achei super interessante os seus posts, gosto desse tipo de abordagem.

    Liked by 1 person

  2. czls says:

    Ces missionnaires évangéliques fondamentalistes enragés qui ont l’intention de contacter des peuples autochtones isolés afin de les “convertir”, ainsi que le président brésilien Bolsonaro qui les encourage, sont criminels. Ils mettent désormais les communautés autochtones en danger de contamination par les coronavirus et, à terme, d’anéantissement.

    Liked by 2 people

  3. Détruire les cultures et les vies indigènes: ce néocolonialisme hypocrite déguisé en «œuvre de Dieu» est un crime contre l’humanité!

    Liked by 2 people

Leave a Reply to czls Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s